Intégration : la Guinée Equatoriale serait-elle ce nain qui se croit grand ?

Guinée équatoriale

La frontière entre le Cameroun et la Guinée équatoriale est longue de 189 km, elle a été héritée de la colonisation, elle est l’une des nombreuses sur le continent Africain qui sépare des familles nucléaires et des tribus. Une bêtise que l’Africain a du mal à réparer. Au contraire, il entend la perpétrer, comme on le voit aujourd’hui à travers les faits et gestes de l’Etat dirigé par Obiang Nguema Mbasogo qui pour toute solution contre une prétendue « invasion », voire attaques externes, a choisi de se murer, telle Israël qui craint les incursions de ses voisins. Le temps du pays qui pleurait lorsque le Président Ahidjo fermait la frontière du Cameroun est terminée avec l’extrême bonté du Président Paul Biya qui sûrement, originaire du Sud du Cameroun, se voyait mal fermer les frontières à ses propres cousins, à sa communauté Fang.

C’est aussi peut-être ce que les Fang de la Guinée équatoriale ont compris et se sont dit « on doit en profiter », nous allons sucer le nectar du Cameroun jusqu’à sa lie. Un beau jour l’on se réveille et va déposer des jalons de son mur du côté camerounais. On parle de plus de 2 kilomètres à l’intérieur du pays des Lions Indomptables. Que veut démontrer ce pays de quelques 28 050  km2, qui fait 1/3 de la région de l’Est du Cameroun ? Tout simplement qu’il a grandi et peut tutoyer le géant de l’Afrique centrale et de la CEEAC. En cette année 2019 l’aura de la Guinée équatoriale a beaucoup grandi, à coup de pub et de réalisations plus ou moins adaptées à sa situation économique qui reste déplorable. Un pays sans un vrai tissu industriel, l’une des plus faibles économies du continent. Certes les réalisations y sont opérées, les routes ont été réalisées, les hôtels sont sortis de terre, des parcelles de terre ont donné lieu à la naissance de nouvelles villes, un ou deux hôpitaux de référence et une cimenterie viennent d’y être installés, une compagnie aérienne aussi, avec une belle flotte nourrie aux Boeings. Mais tout ceci ne devrait être magnifié qu’en prenant en compte de la position antérieur de cet Etat.

Que représente la Guinée équatoriale ?

La Guinée sort de loin. Le Portugal avait foutu le camp un beau matin, jugeant qu’après la guerre contre les Allemands elle n’avait pas tiré le gros lot. Selon elle, son butin de guerre était pauvre et sans avenir. Obiang Nguema vient de démontrer le contraire. Certes, un peu noyé dans le culte de la personnalité et boosté par la nécessité de contrecarrer la contestation qui avait commencé à grandir dans ce pays où depuis plus de 42 ans il trône, lui et sa famille. Ainsi, le temps mis aux affaires peut être bénéfique et même souhaitable dans certaines circonstances, pour par exemple savoir contrer les velléités hégémoniques des peuples des régions non africaines, quoique le gros du peuple africain bassiné dans l’eau des cultures occidentales, est parvenu à perdre la sienne et à croire que nos chefs de villages et nos rois étaient le prototype de la bêtise et de l’amour des biens matériels. Mais si tout ceci est encourageant, ce serait une grosse incongruité de penser que la Guinée est devenue un géant face au Cameroun ou même de penser que le lion blessé par ses crises successives avait cessé d’avoir des griffes, qu’il est temps de lui arracher un peu de chair, voire de l’achever.

On l’a dit plus haut, la Guinée Equatoriale fait 28 050 km², c’est-à-dire 16,956 fois moins que le Cameroun. Sa population fait 800.000 habitants, à la calculette ceci donne 31,25 fois moins que la camerounaise prise à seulement 25 millions d’habitants. Après une fulgurante croissance à une pointe de 147,97 % de son PIB en 1997 due à son boom pétrolier, elle est à ce jour négative, – 2,95 % en 2019, une diminution de plus de 151 % en 37 ans, là où le Cameroun depuis plus de 8 ans n’est pas descendu à moins de 2 %, même au plus fort de toutes ses crises. Que disent les prévisions des institutions telles que la Banque mondiale pour ce pays ? « Sur la base des données disponibles, on peut estimer qu’en 2025 la valeur devrait osciller autour de -7,35. Cette prévision présente un niveau de fiabilité relativement faible puisque les valeurs disponibles ont une structure très peu linéaire (coefficient de corrélation = -0.1 et coefficient de détermination = 0.01). En 1981, par rapport aux données mondiales disponibles, la part relative de ce pays est de 299,47 %. En 2018, cette même part est de -97,21 %. ». Ainsi donc le PIB de cet Etat est aujourd’hui un peu moins de 12,49 milliards USD (2017), là où celui du Cameroun a cru à 34,700 USD, soit un peu plus de 3 fois celui de la Guinée Equatoriale. Et pour tout dire, l’économie camerounaise est la plus variée, la plus industrialisée et la plus prospère de l’Afrique centrale, la seconde de la CEEAC, après celle de  l’Angola. Selon le dernier rapport de l’équipe de Abbas Mahamat Tolli, le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale, le Cameroun détient plus de 60 % des avoirs des réserves de change de la BEAC.

Qu’est-ce qui fait mousser la Guinée équatoriale ?

Du côté du bien-être, on parle ici de l’Indice de Développement Humain, l’IDH, le Cameroun dans le rapport 2018 est classé 20ème sur 154 pays d’Afrique et du monde avec 151 points. La Guinée Equatoriale y est à la 15ème place avec 141 points. Tous deux classés Moyens. Le PIB par habitant de la Guinée équatoriale est l’un des plus élevés en Afrique, 9 850,01 USD en 2017, là où celui du Cameroun avoisine les 1 446,70 USD ‎à la même période, 3778 USD en 2018 (PPA) et un peu plus en 2019. Les Equato-guinéens ont perdu 25 % de leur PIB/hts en 2018 avec la chute du baril à 30 USD. De 38791 USD (PPA) en 2008, il était à 23 473 USD en 2018. Pour les prévisions de la Banque mondiale sur la Guinée équatoriale, « C’est en 2008 qu’on enregistre la valeur la plus élevée (38 790,9) et c’est en 1991 qu’on enregistre la valeur la plus basse (654,47). Nous disposons des résultats pour 29 années. Sur la base des données disponibles, on peut estimer qu’en 2025 la valeur devrait osciller autour de 5 811. ».

Et ces mêmes prévisions disent ceci pour le Cameroun : « C’est en 2018 qu’on enregistre la valeur la plus élevée (3 771,05) et c’est en 1993 qu’on enregistre la valeur la plus basse (1 658,1). Nous disposons des résultats pour 29 années. Sur la base des données disponibles, on peut estimer qu’en 2025 la valeur devrait osciller autour de 4 616. Cette prévision présente un niveau de fiabilité très élevé puisque les valeurs disponibles ont une structure linéaire (coefficient de corrélation = 0.97 et coefficient de détermination = 0.93). ». Ainsi donc, malgré ses 25 millions d’habitants, le Cameroun n’est pas pauvre de faire vivre ses citoyens au même niveau qu’un pays à 800 mille habitants inondés de pétrole. Il faut signaler que le Gabon est 6ème place (élevée) et le Nigéria, la première économie du continent y est à la 23ème (faible), le Rwanda est 23ème et le Sénégal 30ème. (Sources : Le Monde et Agence EcoFin). Selon la Banque Mondiale, ces IDH considérés comme élevés pour certains pays, chutent lorsque les économistes intègrent la forte concentration des revenus liée à la rente pétrolière, qui ne profite qu’à quelques-uns.

En somme

Tel est le cas du Gabon qui chute de la 6ème place à la 46ème place, de la Guinée qui fait presque la même chute vertigineuse. Tel n’est pourtant pas le cas du Cameroun dont le pétrole participe à moins de 8 % à l’économie du pays, contre 85 % au Gabon et presque 92 % en Guinée Equatoriale. Oui, il faut le dire, par le pétrole Obiang Nguema Mbasogo a réussi à sortir son pays de la léthargie coloniale, de la petitesse diplomatique, à lui donner des rêves de grandeur, toute une légitimité qui a fini par faire croire à ce nain d’Afrique qu’il a des dents assez longues pour s’attaquer à la chair du Cameroun.

On le sait, c’est la patate qui a accepté de se faire manger crue, igname a refusé. L’armée camerounaise vient de le rappeler à l’Etat de la Guinée équatoriale. En fin juillet 2019, le Chef des armées camerounaises, le Général Réné Claude Meka est allé lui-même à la frontière constater « les velléités expansionnistes du voisin Equato-guinéen ». En effet, les services de renseignements du Cameroun avaient rapporté que les frères guinéens ont osé traverser la rivière qui « matérialise la frontière naturelle » entre nos deux Etats. Le Général Réné Claude Meka a prévenu que les forces de défense du Cameroun ne permettraient « aucune intrusion illicite » sur son territoire. On pourrait donc comprendre que le voisin a décidé d’ouvrir un nouveau front contre le Cameroun. On se demande donc pour qui roule ce frère. Ce mur que beaucoup qualifie de celui de la discorde entre deux Etats frères et amis doit interroger sur l’opportunité, le moment. L’histoire nous apprend que la Guinée Equatoriale est née du ventre du Cameroun dont la chair sera répartie après la défaite allemande à la première guerre de 1919. En sont également nés, le Gabon, une partie du Congo, une partie du Nigéria, du Tchad et Sao Tomée et Principes. Il fallait contenter les grandes puissances au frais des frères camerounais.

Please follow and like us:
error20

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 120 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Avatar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *