Robert Mugabe : hommage national au père de la nation zimbabwéenne

Robert Mugabe, ex-président du Zimbabwe

Le Zimbabwe a rendu un hommage grandiose et bien mérité à son ancien Président Robert Mugabe ce vendredi, 14 septembre 2019, au stade national des sports de Harare. Le « Camarade Bob » s’était éteint le 6 septembre 2019 dans un hôpital de Singapour. Il avait 95 ans. Le disparu a eu droit à un hommage national avec chants, louanges et un cercueil recouvert du Drapeau du Zimbabwe. En novembre 2017, l’armée avait obligé Robert Mugabe à se retirer, après sa décision de limoger son Vice-président Emmerson Mnangagwa, à présent l’homme fort du Zimbabwe. Manipulée ou pas, l’armée le soupçonnait de vouloir passer le pouvoir à Grace, sa femme.

Plusieurs chefs d’Etat, tous africains, ont répondu présents à Harare. On peut citer les Présidents du Congo-Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, et de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang Nguema, le Sud-Africain Cyril Ramaphosa qui a été hué par l’assistance à cause des actes xénophiles qui se sont passés dans son pays. Il a su demander publiquement pardon à la fin de son hommage. Tous les chefs d’Etats de la SADC ont fait le déplacement. Les Mozambicains Filipe Nyusi et Joaquim Chissano et le Zambien Edgar Lungu. Sam Nujoma qui a été le premier Président de la Namibie. Il est à ce jour âgé de 90 ans. Uhuru Kenyatta du Kenya et Kenneth Kaunda, 95 ans, premier Président de la Zambie démocratique aussi. Des militants de la Zanu PF, le parti au pouvoir du « camarade Bob », leur guide, le père de la nation, le fondateur du Zimbabwe.

Robert Mugabe, ce héros

En présence de sa veuve, Grace Mugabe, les chefs d’État ont rendu témoignage à cette icône de la lutte de l’indépendance du Zimbabwe, au combat qu’il a mené pour une Afrique autonome et pour la dignité de l’homme Africain. Pour l’actuel Président zimbabwéen, Emmerson Mnangagwa, « Nous honorons la mémoire de notre icône africaine […] Notre patrie est en larmes […] Il était la flamme héroïque du nationalisme, du patriotisme et de la liberté ». Tous les leaders présents ont salué l’intégrité morale de ce combattant africain. Pour citer quelques-uns comme l’ancien Président Ghanéen Jerry Rawlings « Il a été l’un des plus formidables combattants du continent […] un combattant pour la liberté […] surtout un impressionnant compas moral ». Quant à Uhuru Kenyatta, il  est « une icône de la libération africaine ».

Joseph Kabila, l’ancien président de la RDC a dit dans son hommage que « Vous ne pouvez pas parler de l’Afrique australe sans évoquer Robert Mugabe […] Vous ne pouvez pas parler de la République démocratique du Congo, sans évoquer Mugabe. » Pour l’actuel Ministre des Affaires étrangères du Zimbabwe, Monsieur Sibusiso Moyo, « La position du gouvernement est très claire […] le défunt président est une icône […] Il a fait beaucoup de bien, du point de vue du gouvernement il n’est ni plus ni moins qu’un héros national. ». Les Occidentaux, qui n’avaient pas beaucoup d’amour pour cet homme qui a su leur tenir tête, n’ont pas eu le courage de venir s’incliner devant la dépouille de leur adversaire politique. Même mort, Robert Mugabe est une fois de plus sorti vainqueur contre eux. Il a su leur damer le pion pendant plus de 70 ans de lutte et après son départ.

Un mausolée pour Mugabe

« Nous allons construire un mausolée tout en haut de la colline du « Champ des héros » pour accueillir le père fondateur », a annoncé le 13 septembre le président Emmerson Mnangagwa. Le Champ des héros accueille plus d’une centaine de combattants de l’indépendance du Zimbabwe. La famille de Robert Mugabe qui souhaitait un enterrement privé dans son village natal, à une centaine de kilomètres de la capitale a du céder à la demande du Gouvernement, malgré l’embrouille qui avait abouti à l’écartement du père de la nation du pouvoir par l’armée. Au pouvoir, Emmerson Mnangagwa a tenu à l’enterrer avec tous les honneurs dus à un Président de la République, à un combattant et au père de la Nation zimbabwéenne. Les obsèques sont prévues dans trente jours, le temps de construire le mausolée à la hauteur de la lutte de Robert Mugabe.

Please follow and like us:
error20

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 181 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Avatar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *