Paul Biya libère 333 personnes

333 personnes libérées. Le chef de l’Etat du Cameroun vient de prendre tout le monde de court. Au quatrième jour des assises du Grand Dialogue National qu’il avait initié dans son discours du 10 septembre 2019, le Président du Cameroun vient de faire un nouveau geste pour la paix. Ils sont 333 personnes libérées. C’est en gros la teneur d’un communiqué signé par Ferdinand Ngoh Ngoh, le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence de la République.

En ordonnant l’arrêt des poursuites des affaires pendantes au Tribunal Militaire de Yaoundé ce jour pour plus de trois cent personnes impliquées dans la crise sociale qui perdure au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, le Président Paul Biya démontre une fois de plus sa volonté politique d’aller vers la paix. Il n’a cessé de poser sur la table une main tendue à l’endroit ceux qui ont choisi les armes comme moyen d’expression de leurs frustrations. En face, très peu, voire pas de geste d’apaisement obtenu de la part des séparatistes. Les enfants continuent à servir certains groupes armées comme moyen de pression. Sur le terrain, malgré l’appel au dialogue, les exactions n’ont non plus cessées. Certaines informations non encore vérifiées disent que le Président Paul Biya serait annoncé demain vendredi, 04 octobre, au Palais des Congrès, sur le mont Nkol Nyada pour la clôture du Grand Dialogue National. Ces 333 personnes pourront tout aussi y être.

333 pour la paix

Ils sont donc 333 personnes qui viennent de regagner la liberté. L’essentiel est d’en faire deux des citoyens qui respectent la nation, l’Etat, ses emblèmes et ses armoiries. Mais non de nouveaux combattants qui sortent d’un lieu où la radicalisation est possible pour le malheur des citoyens. Le Cameroun doit savoir quoi en faire aussi avant de les lâcher dans la nature. Du moins ceux qui sont convaincus de violences. Pour beaucoup de ces 333 personnes libérés dès ce jour par le Président Paul Biya, ce qui se passe au Nord-Ouest et au Sud-Ouest est dans la tête, psychologique. Et l’on sait que les guerres naissent dans les esprits et c’est dans ces derniers qu’ils meurent. La mesure ne concerne pas les individus arrêtés dans le cadre de la crise post-électorale.

Please follow and like us:
error20

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 160 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Avatar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *