La réforme des retraites ramène des scènes de guérilla urbaine en France

Mobilisation contre la réforme des retraites en France

La nouvelle architecture des retraites en France ne serait pas du goût du peuple. Mais le Gouvernement tient tout de même à l’appliquer contre vents et marées. Ce 05 décembre, les travailleurs du service public sont sortis dans la rue et ont vite été rejoints par les Gilets jaunes. La cause semble commune. Mériter d’une bonne retraite après des années de dur labeur, manger à sa faim et au chaud. Ceci a eu pour effet immédiat d’augmenter la tension dans les rues. 6476 contrôles préventifs ont été enregistrés à Paris et 65 personnes ont été interpellées avant 15 h.

En gros pour ce jour de contestation de la réforme des retraites, 21,2 % de fonctionnaires français sont en grève à 12 h (Source Ministère). A mi-journée, 180 000 personnes manifestent dans une trentaine de villes en France (comptage des autorités à l’AFP). 63 personnes interdites de manifester pour une durée de 6 mois (selon BFMTV). 46,6% des enseignants participent au mouvement de grève par rapport à la totalité des académies. L’on enregistre ainsi 55,6 % du taux de grève à la SNCF au matin. Martine Aubry en campagne a vite fait de récupérer le ton de la grève. La maire de Lille fait remarquer que « pas à pas, on casse ce qui fait l’union » de a France. La grève est reconduite jusqu’à lundi dans les transports parisiens. Cependant l’architecture de la réforme sera dévoilée par le Premier ministre en milieu de semaine annonce l’Elysée

Des retraites naît la violence

Plus de 500 ultra constitués en black blocs, sont présents place de la République et voudraient en découdre avec les 6000 hommes de la police. Plusieurs projectiles sont lancés contre les forces de l’ordre selon BFMTV. Cagoulés, habillés en noir comme « dress code », poussés par le nihilisme ou la vision d’un monde communiste et le besoin de s’affirmer dans une France de plus en plus inégalitaire.

Ces personnes traitées de « violents » aideraient-elles la France à ôter ses œillets sur sa société en difficultés ? Ils s’en sont pris aux gendarmes, le drapeau de la France en main et entonnant le chant de ralliement français qu’est la Marseillaise. Une image vue à mi-juillet lors du 1er anniversaire des Gilets jaunes. Une fois de plus, les images de débordement et de violence a rendu moins visibles la marche des travailleurs. Presque toutes caméras ont été sabotées, des poubelles ont été incendiées. Bref, des casses sont visibles partout. Une fumée noire monte très haut sur Paris. Beaucoup parlent d’individus bien entraînés qui ont su imposer une situation très tendue, presque insurrectionnelle. Dès ce vendredi 6 décembre 2019, un TGV sur dix sera en fonction et le TER sera assuré à 30 %, selon des sources officielles.

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 228 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Avatar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *