Crash en Iran. Les débris de l'avion de Ukrainian Airlines

Le crash du 8 janvier est dû à une « erreur humaine », selon IRNA. Mais sommes-nous loin de la folie humaine ? Qui est responsable de ce crash ? Le Président Donald Trump ou la Défense iranienne ? Téhéran présente ses excuses et regrette profondément  le drame. « Une grande tragédie et une erreur impardonnable » a déclaré le Président iranien Hassan Rohani. La coïncidence avec les frappes iraniennes sur le sol irakien avait bien mis dans l’air une possible relation avec les événements sur le sol irakien.

L’armée iranienne se défend d’avoir abattu le Boeing par « erreur », pensant qu’il était un avion militaire des forces de la coalition internationale. Le communiqué de l’Agence officielle IRNA dit que l’avion de Ukrainian Airlines a été pris pour un avion « hostile » et a été « touché » alors que les menaces ennemies étaient « au plus haut niveau ». 176 personnes sont donc mortes par « erreur » dans ce crash. Comme le pensent les iraniens, à cause de « l’aventurisme américain » ? Donald Trump, le Président américain, y serait donc pour quelque chose ? Tout serait parti de sa volonté unilatérale d’abattre le numéro 2 iranien Qassem Soleimani. Il l’a décidé tout seul, sans convoquer son congrès, peut-être assis sur son bureau avec une coupe de champagne à la main, sans aucune autre forme de procès que les renseignements de son Secret service. Comme une punition pour cette ligne rouge franchie, ledit congrès américain vient d’adopter un projet de loi limitant le pouvoir militaire du Président. Il lui retire la possibilité de commander d’autres frappes en Iran et à l’étranger sans l’accord du Congrès. Du moins, le projet attend le vote final.

Un crash révélateur

Certes « l’erreur est humaine », mais il y a des erreurs qui commandent de prendre toute la pleine mesure de la folie humaine. 187 personnes sont mortes dans un crash en Iran, d’une mort atroce, parce qu’au commencement, un homme avait commandé des frappes préventives meurtrières contre un autre homme « soupçonné » d’ourdir un complot contre « les intérêts américains ». C’était pour protéger son peuple, sans aucune preuve à ce jour, contre une action néfaste future. La folie des hommes. Dans un communiqué officiel, le Président ukrainien Volodymyr Zelensky a exigé la « punition des coupables » et du « paiement des compensations » de la part de l’Iran.

Tous les éléments venant de l’Occident, les vidéos amateurs dans les réseaux sociaux, la sortie du premier ministre canadien, Justin Trudeau, qui demandait des enquêtes approfondies, Donald Trump qui émettait des « suspicions », sont d’un intérêt capital pour le pays de Rohani. Son espace aérien n’est peut-être pas si sécurisé que ça. En plus des images amateurs, les images professionnelles couvrant des espaces aériens ont fait le tour de toutes les barbouzeries occidentales. C’est ce qui peut expliquer que les plus hauts responsables des chancelleries occidentales prennent le risque de s’opposer ouvertement à la première version du Gouvernement iranien, Poutine de la Russie et Xi Jinping de la Chine ne pas broncher pour leur allié commun et demander plutôt aux esprits de se calmer. Tous étaient sûrs à plus de 70 % que cet avion avait été abattu. C’est aussi peut-être ce qui a ordonné la fausse reculade de Trump après les frappes iraniennes en Irak. Il savait déjà tenir l’Iran par un autre bout. Nous ne sommes donc qu’au début d’un nouveau feuilleton dans lequel il sera question de faire saigner financièrement l’Iran mais aussi de présenter son incapacité à gérer une arme nucléaire.

Please follow and like us:

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 223 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Avatar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *