ARSEL : Eneo a huit jours pour cesser son « arnaque » auprès de ses clients

ARSEL contre Eneo

L’ARSEL prend enfin la défense des Camerounais dans l’affaire rocambolesque de fraude d’électricité d’où l’entreprise Eneo fait seule juge et partie. Depuis quelques mois les Camerounais vivent avec une « arnaque » à ciel ouvert de la part de la seule société de distribution d’électricité du pays. La société Eneo s’est arrogé le droit de faire de ses clients des proies pour renflouer ses caisses. Des motifs sont légion entre autres piquages et lignes parallèles non constatés, notifiés sans aucun huissier de justice, encore moins de contre-expertise externe à Eneo. En somme, les clients de cette société se retrouvent face au tout puissant Eneo qui est seule juge et partie.

Il y a quelques semaines, dans notre page Facebook, après plusieurs plaintes arrivées à notre rédaction, nous lancions l’alerte par ce texte du 09 février 2021 : « Eneo arnaques en cours dans nos domiciles. Comment comprendre qu’une société qui dit traquer des fraudeurs, envoie ses agents sur le terrain sans huissier, sans personne pour constater la véracité des accusations de fraude ? Le client n’est pas pour la majorité un technicien, par conséquent, seuls les agents de Eneo sont juges et parties. Ils vous collent une fraude, un montant à payer, et personne pour constater si la fraude est vraie, si le montant est juste, et si oui, sur quelle base il est calculé. Pire, ceux que cette société envoie sur le terrain sont les complices des barons de la fraude. Ces derniers te regardent droit dans les yeux et te disent clairement que « tu vas perdre ton compteur » comme tu penses en avoir un parmi des sans-compteurs… Avec le ton Camerounais du « Tu vas voir ». Leur but est d’offrir le contrôle d’un nouveau ménage au complice baron. Avec la nouvelle arnaque en place appelée « Branchement parallèle », c’est la mort. Clamant haut et fort lutter contre les fraudeurs, les agents de Eneo vous pincent au « Visu », ils regardent juste des yeux et vous collent le motif de branchement parallèle ou de compteur « touché ». Ils sont seuls à décider des cas et de leur réalité. Vivement que l’autorité qui régule tout ceci intervienne. Eneo est en train de renflouer ses caisses sur le dos de pauvres Camerounais. »

« L’arnaque » Eneo en question dénoncée par l’ARSEL

« L’arnaque » est très bien ficelée. Eneo, sans avertir ses clients aurait sous-traité la constatation des cas de fraude à une autre entreprise privée. Cette dernière espère donc remplir ses caisses, et se charge pour mission de coller des factures de grosses sommes d’argent aux clients d’Eneo à son bon vouloir. Un prix revient à chaque fois : 800 000  FCFA. Cependant personne ne peut vraiment dire sur quelle base scientifique ou mathématique ces pénalités sont calculées. Est-ce à la moyenne des factures et sur combien de mois ou au visu et selon l’aspect d’aisance sociale que reflètent les domiciles ? Nous nous sommes rapprochés d’Eneo Koumassi où nous avons été surpris qu’un vigile nous cale à la porte en nous informant qu’il n’est pas possible au client plaignant de contacter le chef d’agence, ni aucun responsable pour gérer son cas ? Tout se passe donc avec ceux qui vous traitent à tort de fraudeur, ceux avec qui vous n’avez signé aucun contrat, qui pourtant arrivent chez vous, parfois de jeunes hommes impolis et désireux de vous la montrer, avec un téléphone pour la vidéo, pressé de vous apprendre n’avoir pas le droit de laisser votre voisin prendre l’électricité ailleurs que chez vous. Pire, vous disent que vous tombé dans le coup de branchement parallèle une fois que le câble de votre voisin frôle votre cour.

L’ARSEL vient donc de remettre les choses dans leur droit avec une note à l’attention d’Eneo. La note N° A160 du 13 avril 2021 signé par Jean Pascal Nkou, le DG de l’ARSEL. L’agence de régulation ordonne à Eneo de cesser toutes activités qui ne soient de son ressort, encore moins issues des lois camerounaises. L’ARSEL lui rappel entre autres ce que les lois camerounaises en la matière de distribution de l’électricité publique appelle un cas de fraude, donc qu’il n’est point de leur ressort d’en inventer de nouvelles. Un non-respect flagrant de l’article 13 du règlement du service de distribution publique d’électricité. Clairement, L’ARSEL lui fait comprendre qu’avoir un voisin qui prend sa source ailleurs que du compteur situé dans le même lot de terrain ne fait aucun cas de fraude au Cameroun. Eneo est également accusée par l’ARSEL de faire sa lutte contre la fraude (pertes non techniques) par des personnes non autorisées et le défaut de recours à un huissier de justice. Egalement le fait de déconnecter ceux qu’elle a seulement soupçonné dans son opération illégale. Eneo est donc sommée sous huitaine à reconnecter tous ceux qu’elle a abusé, tous les plaignants et de ne plus encaisser ceux à qui elle a donné ses factures abusives.

Please follow and like us:

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 271 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Avatar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *