Calixthe Beyala met en garde contre « ces influenceuses qui risquent amener nos jeunes vers les dérives »

Calixte Beyala contre certaines influenceuses

Calixthe Beyala est remontée contre les mauvaises pratiques des influenceuses. Dans une de ses nombreux publications sur Facebook, l’auteur de « C’est le soleil qui m’a brûlé », la célèbre écrivaine camerounaise Calixthe Beyala accuse les influenceuses en général et camerounaises en particulier de présenter à la jeunesse et à leur nombreux suiveurs dans les réseaux sociaux un visage blasant, loin du vrai qu’elles ont au cours de leur vie de chaque jour.




Depuis quelques temps au Cameroun, l’on ne vit plus que de buzz. On en avait certes avant, un tous les 6 mois, puis un  à chaque trimestre. Le Cameroun vient de franchir le cap de celui d’un par mois pour un à chaque nouvelle semaine. Ce ne sont plus les politiciens d’en avoir à faire seulement. C’est à présent au tour des personnalités publics de leur ravir la vedette avec des histoires de coucherie, d’orientations sexuelles, de circulation de sextapes ou plus récemment d’étalage de sa fausse vraie fortune sur la toile pour faire jaser qui a de ce temps. Les hommes et femmes connu(e)s ont vite compris comment exploiter le filon du buzz. Faire du bruit dans les réseaux sociaux rapporte plus que certains n’en pensent. Et c’est sur ce côté  que surfent depuis quelques années des personnes qui se sont autoproclamées ou pas personnes influentes de la société.

Ce qui fait réagir Calixthe Beyala est sûrement le souci qu’elle a de donner un avertissement aux naïfs, ce que le Président Paul Biya appelé des « Follawers passifs »,  contre la dérive de certains visages connus de notre quotidien qui multiplient des messages d’argent facilement gagné tel celui jaillissant des portemonnaies magiques. L’on voit défiler depuis quelques temps des images des anniversaires à 500 millions de FCFA, des cadeaux de mariage à vous demander si nous sommes toujours dans un pays d’Afrique, des voitures de luxe offert en cadeau d’anniversaire aux enfants de moins de 4 ans. Tout ceci en se donnant pour model à une jeunesse qui se demande quand et comment celles-ci ont obtenu tout cela sans travail connu que celui des publications d’images sur les réseaux sociaux et de quelques passages à la télé et dans les clips des artistes.

Que conseille Calixthe Beyala à la jeunesse contre les influenceuses ?

« Ces influenceuses qui risquent amener nos jeunes vers les dérives. On les voit ça et là, vanter leurs vies de richesses et d’abondances dans les réseaux sociaux. Elles ne voyagent qu’en First, ne dînent qu’au Fouquet’s, ne s’habillent qu’en Prada ou Hermès, du moins le font-elles croire. Leurs moult compagnons leur offrent des 4/4 à dix milles chevaux, ultra chics et perfectionnés, des sacs Dior en Croco pour leurs pauvres anniversaires, du moins, le racontent-elles sur leurs comptes Facebook et autres Instagram, images à l’appui.




Leurs amants titulaires leur offrent les millions de CFA par mois et voire plus ; elles se font filmer dans les villas et suites des hôtels de luxe pour étaler leur réussite. Et elles ont des followers ! Des millions des jeunes filles suivent leurs si magnifiques vies en salivant d’envie, rêvassant de devenir elles aussi des stars du vide, ignorant que ces influenceuses vendent du vent, que personne ne gagne autant d’argent sans travailler. Et les voilà, véritables fléaux pour nos jeunes gens qui vont oublier sous leur influence, l’importance du travail, des études et du devoir bien accompli seuls garants d’un bon destin l convient de le dire : ces influenceuses sont dangereuses pour l’équilibre de jeunes filles fragiles qui auraient – sans la présence de ces influenceuses, – étudié, rencontré un compagnon normal avec qui elles auraient bâti une belle vie dans un univers réel ! Et nos jeunes filles oublieuses de la réalité face à la déferlante du faux charrié par nos influenceuses, se laissent happer dans cet univers cybernétique si factice. Oui, dans la vraie vie, – en dehors de quelques milliardaires – personne n’offre autant de luxe à une femme. Les hommes et les femmes travaillent dur pour gagner leur pitance, pour se construire une maison et élever leurs enfants. Dans la vraie vie en dehors d’enfants d’ultra riches, personne n’offre des voitures supersoniques à son fils pour son anniversaire… Dans la vraie vie, les vrais riches cachent l’étendue de leurs richesses. Les influenceuses vous veulent du mal, pour la vraie vie. » 

Please follow and like us:

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 333 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *