La banque africaine d’import-export Afreximbank s’installe au Cameroun pour l’Afrique centrale

La banque africaine d’import-export a choisi d’installer son cinquième siège en Afrique centrale. Et c’est sur le sol Camerounais qu’est porté son choix. Le Cameroun étant la plus grande place financière et la plus forte économie de cette Sous-région d’Afrique.




Selon les autorités de la banque, le but de cette proximité est d’apporter des financements abordables et compétitifs aux entreprises et acteurs économiques. Elle entend octroyer des lignes de consommations et de refinancements aux banques à concurrence à plus de 500 millions de Dollars pendant les 5 prochaines années. Pour le milieu des affaires camerounais, ce projet est salutaire, mais seulement s’il favorise l’impulsion des financements aux petites et moyennes entreprises. On le sait depuis des années, le Gicam ne cesse de claironner que les banques installées au Cameroun ne financent pas l’économie du Pays à la bonne hauteur car sans vraies politiques de financement des PME qui sont la dorsale même de l’économie camerounaise avec 99 % de sa production industrielle.

Une banque des PME ?

C’est aussi ce que rappelle Célestin Tawamba, le président du Gicam, lorsqu’il réitère « qu’il faut que les financements aillent là où on a besoin. Nous avons l’impression qu’il y a une spéculation financière qui est faite et que l’économie réelle avec les PME qui représentent 99 % [des parts de l’économie] ne sont pas financées. Les cachets, tickets d’entrée de ces banques sont beaucoup trop élevés pour les PME. Or c’est eux, c’est cette activité réelle, c’est l’industrie qu’il faut financer ».




Selon Bénédict Okey Oramah, président d’Afreximbank du Nigeria : « avec l’ouverture de ce nouveau bureau, Afreximbank ambitionne à long terme de quintupler les interventions de sa banque dans la Sous-région de l’Afrique centrale pour atteindre les 5 milliards de Dollars […] Avec la banque africaine import-export Afreximbank, il y a des multiples opportunités de faire énormément en ce qui concerne les échanges, l’investissement et le développement des infrastructures africaines pour soutenir les échanges commerciaux ». Toujours selon les projections de cette banque, 15 sièges au total sont attendus dans toute l’Afrique d’ici 2 ans.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.