Calixthe Beyala : cette question à laquelle l’écrivaine ne répondra plus

Calixthe Beyala contre certaines influenceuses

Dans sa nouvelle publication sur Facebook ce 21 octobre, Calixthe Beyala, l’écrivain camerounaise, se dit fatiguée de répondre à la même question qui démontre la volonté non affichée de certains Camerounais(e)s d’écarter d’autres Camerounais(e)s du territoire du Cameroun.




Publication de Calixthe Beyala

« Le Cameroun c’est le Cameroun et le Cameroun appartient à tous ses enfants

Un peu épuisée d’entendre certains camerounais me demander :  » Tu es là depuis quand ? Tu repars quand ?  » On entend chez eux comme un souci de mettre les autres camerounais hors de la communauté nationale, ce qui est une absurdité. A moins qu’ils affûtent leurs armes pour voler leurs terrains et autres biens. D’ailleurs, cette question sous-tend l’épineuse question du code de la nationalité.




Les Camerounais ayant vécu à l’étranger ne sont pas des étrangers chez eux et ces questions posées l’air de rien sont lourdes de sens. On dirait qu’on interroge quelques touristes croisés accidentellement sur les chemins du Cameroun.
La plupart des camerounais ayant vécu à l’étranger ont des maisons au Cameroun, une famille, des biens et des enfants. Ils sont chez eux, au Cameroun, même si d’aventure certains voyagent pour X ou Y raison… Leur présence au Cameroun ne doit pas amener des questions de ce type qui semblent dire qu’ils ne sont plus camerounais.
J’ai une maison au Cameroun, une famille, j’y vis. Malheur à quiconque me posera cette question dans le futur. Bises. »

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 390 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Laisser un commentaire