La France chassée de Tombuctu par les maliens, comme à Kidal et Tessalit

La France chassée de Tombuctu par les maliens

Les Forces armées maliennes contrôlent à nouveau Tombuctu et son camp militaire où l’armée française vient de passer 8 ans sans résultat. Venue chasser.les terroristes et empêcher les séparatistes de l’Azawad de monter vers la capitale Bamako, on a plutôt le sentiment qu’elle s’est occupée à diviser encore plus les Maliens.




La Forces Barkhane, dont le visage est la France qui avait planté son drapeau sur ce bout de territoire malien fait sien, venue sur le territoire malien pour une opération rapide, limitée dans le temps et dans l’espace, de sécurisation et de lutte contre l’expansion du Djihaddisme, a finalement passé 8 ans, malgré la demande incessante de leur départ par la population malienne. Notamment la star malienne Salif Keita qui avait accusé la France de détruire le Mali dans une vidéo

Après donc Kidal et Tessalit, c’est au tour de la Ville immortelle Tombuctu de repasser dans les mains des forces de défense maliennes à quelques heures de la rencontre annoncee entre Macron et Assimi Goita.Une rencontré demandée par l’Elysée. La France a toutt à perdre.




Le 14 décembre dernier,le drapeau français a été descendu du camp de Tombuctu. Celui du Mali l’y a remplacé. Après tout, unnpeu de dignité ! Cette ville est la cité sainte de l’islam et elle est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Ce n’est pas pour rien qu’on y a vu François Hollande, alors Président français venir y lancer l’opération Barkhane en sauveur du Mali.

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 560 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Laisser un commentaire