Ukraine : les enjeux cachés des corridors humanitaires pour L’OTAN-UE

Cela fait plus de 3 jours que la Russie a accepté de mettre sur place des corridors humanitaires pour l’évacuation des civils depuis des villes ukrainiennes de Kharkiv, dans l’Est, Marioupol, Kherson, et même Odessa. Seulement tout plan d’évacuation est tombé dans l’eau. Apparemment, les deux pays n’arrivent pas à s’entendre sur les directions que doivent prendre les civils pris entre deux feux.




On comprend très vite que se jouent plus qu’une évacuation dans ces villes en conflits armés. En fait, ce que les médias occidentaux refusent de faire comprendre à leurs lecteurs et téléspectateurs est que, encerclées, les forces armées ukrainiennes n’ont pour seule bouée de sauvetage pour sortir des villes prises par des forces russes que de se mêler aux civils qui emprunteront les couloirs humanitaires. Si les Russes tablent pour une évacuation vers la Russie, ce n’est pas pour rien. Beaucoup de soldats russes sont devenus stratégiquement des civils. (LIRE AUSSI : MasterPay : l’alternative russe pour contourner VISA et Mastercard ?)

Des corridors pour Kiev

La direction vers les villes aux mains de soldats russes n’est pas à l’avantage de Kiev qui va perdre des milliers de ses combattants qui seront faits prisonniers. La pression exercée par l’UE, et donc des Américains par l’OTAN, à Kiev de refuser les conditions posées par les Russes pour ces corridors humanitaires qui pénètrent le Donbass et la Biélorussie; des Etats prorusses, est une stratégie de guerre. Le but est de permettre aux soldats défaits à Marioupol, Odessa et Kherson de rejoindre Kiev, mais aussi aux légionnaires internationaux, pour ne pas dire à beaucoup de combattants infiltrés de l’OTAN de rejoindre ceux des autres villes en passant entre les mailles du filet russe.




Mais il ne faut pas se leurrer. Nous sommes en plein conflit armé. Pour cela il ne faut jamais ôter de son esprit que même si un soldat ukrainien et un civil volontaire sont renvoyées en Pologne ou en Roumanie, il va revenir vers Kiev. On le voit très bien que les civils ont pris une importance capitale dans cette guerre. Celui des deux belligérants qui réussira à imposer sa direction aura pris un avantage psychologique et numéraire qui ne sera toujours pas négligeable le moment venu. (LIRE AUSSI :
L’Ukraine ne peut plus faire partie de l’UE et de l’OTAN : Voici pourquoi).

Bouclier humain

On compte plus d’un million d’habitants bloqués par Kiev comme un bouclier humain alors que les discours sont tout autre face aux médias. On a également remarqué que beaucoup de « civils » participent côté ukrainien à  l’effort de guerre, dans la fabrication de cocktail molotov, et de gilets et casques pare-balles. Malheureusement, ils ont transformé les écoles, les campus, les théâtres, les grandes surfaces en atelier de fabrication de tout ce qui joue pour leur résistance. Ils deviennent, eux et les lieux de leur manufacture, ipso facto des ennemis de l’armée adverse.




Sommes-nous vraiment dans le « du cynisme moral et politique », comme dénoncé par le chef de l’Etat français sur LCI ? Si Oui, de la part de qui ? Surtout pas des Russes qui ont compris le jeux d’en face. Encore plus lorsque dans son démenti de qui a demandé ces corridors humanitaires Emmanuel Macron dit : « Je ne connais pas beaucoup d’Ukrainiens qui ont envie d’aller se réfugier en Russie, c’est une hypocrisie, c’est un artefact de communication que je réprouve. ». Combien aimeraient aller se réfugier en Pologne ou en Modalvie ou en France ? Nous pensons qu’en temps de guerre les civils aimeraient aller partout où la paix leur sera assurée. Seulement ici, leur présence est devenue un enjeu de guerre pour la victoire communicationnelle d’un ou de l’autre camp.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.