Rigobert Song : encore 90 min pour vaincre et convaincre les Camerounais

Pour le premier match officiel du sélectionneur national Rigobert Song Bahanag, les Lions Indomptables du Cameroun ont perdu 0 but contre 1 vendredi, 25 mars 2022, au stade du Complexe sportif de Japoma à Douala. Match comptant pour le 3ème tour Aller des éliminatoires qualificatifs pour la Coupe du Monde qui aura lieu en fin d’année au Qatar. belle revange pour les Fennecs d’Algérie qui n’avaient pas beaucoup aimé ce stade. On se rappelle de leurs griefs contre la pelouse et la chaleur. (LIRE AUSSI : Cameroun Vs Algérie : la liste des Lions Indomptables).




Nommé à la tête de l’équipe nationale de football senior depuis le 28 février 2022 par la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), l’ancien capitaine de la sélection nationale vient de perdre son premier match officiel. Ce fut face à l’Algérie de Belmadi. Ce qui n’est pas passé en travers de la gorge des supporters des Lions Indomptables et de ses 30 millions de sélectionneurs qui ont décortiqué le match devant leur petit écran et sur les gradins. Tous ont ont pu constater la lourdeur des joueurs sur le terrain. (LIRE AUSSI : Édito : Song Bahanag remplace Tony Conceição et naît la polémique).

A quoi s’articule le système Rigobert Song ?

Mais pas seulement la lourdeur, les téléspectateurs et analystes sportifs, qui ont été nombreux comme à chaque fois à scruter les matchs de l’équipe nationale, ont également noté comme moi, le manque de fluidité dans le jeu, l’impossible création d’espaces de jeu, l’absence d’un porteur de balle, et l’absence de percussion dans l’attaque et dans tout le jeu. On a eu l’impression tout le temps de jeu que quelque chose manque ou ne marche pas. Et avec raison au vu du score final de la partie.




Le faux pas du Cameroun est-il dû au mauvais coaching ? Au mauvais remplacement, donc à la mauvaise lecture de jeu de Rigobert Bahanag et de son staff ? Ou avons-nous  été dans un jour sans pour notre équipe nationale et non professionnels ? Cette dernière hypothèse doit rapidement être balayée car un jour sans se dessinera dans note contexte après des frappes au but manquées, enrayées par le gardien, le poteau, la barre transversale, le dernier défenseur après une action magistrale de but de l’adversaire. (LIRE AUSSI : Song Bahanag reçoit la bénédiction du Président Paul Biya).

Quelles cartes en main ?

On n’a eu droit à rien de tout ceci. Le jeu était plutôt ennuyeux, insipide, terne, pour une finale Aller à domicile. D’aucuns diraient que l’Algérie n’était pas venue jouer. À ceux-ci répondrions-nous que c’est de bonne guerre. Stratégie gagnante pour eux. C’était à nous de les pousser à jouer en établissant un autre rapport de force. À la question portant sur le mauvais remplacement, donc de la mauvaise lecture de jeux du sélectionneur national, Rigobert Song Bahanag, répondons par un autre choix.




A-t-il eu d’autres choix plus judicieux dans son banc de touche ? Sûrement. Mais plus efficace ? Nul ne peut se hasarder sur ce terrain sans prendre les risques de s’autoflageller par la suite. Seul le staff était au courant de leur performance et mental d’avant match. En toute sincérité, la blessure du Capitaine Aboubakar Vincent ne peut justifier toute la contre performance des Lions, surtout que pour une fois, son remplacement par Tawamba à la 46ème minute a su combler nos cœurs par les tentatives offensives que son entrée à engendré.

Un milieu fébrile

Donc coaching avec bonne lecture de jeu. Mais que dire de l’entrée de l’attaquant Sony Kévin à la place du milieux Hongla ? Certes l’idée était de porter plus le danger dans les goals adverse, mais avons-nous été juste dans ce coup pour libérer nos couloirs qui visiblement souffraient ? Même si l’ayant compris, Rigobert Song Bahanag opéra une remplacement au milieux avec l’entrée de Gael Ondoua à la place de Junior Onana. Avec pour effet immédiat, un peu plus de liberté dans les couloir.




Ce qui n’a pas marché est à recherché ailleurs. Sûrement que l’absence du patron de notre milieu, Zambo Anguissa, doit être une des clés de la défaite. De même que celle de Moumi Ngamaleu, l’attaquant qui a su maitriser les couloirs lors de la dernière CAN, qui sait occasionner des fautes pas loin de la surface adverse, et passeur de balles de but. Ces deux joueurs nous ont beaucoup manqué contre les Fennecs d’Algérie le 25 mars. Qu’en sera-t-il pour le 29 ?

Rigobert Song doit convaincre

On aura sûrement récupéré notre colonne vertébrale type pour ce dernier match éliminatoire qui pour beaucoup, peut déterminer le sort de Rigobert Song Bahanag à la tête de notre équipe nationale. Celui-ci a encore 90 minutes pour apaiser les cœurs des Camerounais. Et un peu plus pour convaincre des fans aussi savants que les Camerounais lorsqu’il s’agit de football. Seulement, il ne faut jamais perdre le sens des responsabilités. Un sélectionneur pose son système de jeu, fait comprendre sa tactique de jeu, mais il n’apprend pas aux joueurs professionnels à taper sur le ballon, encore moins à ces derniers de respecter une discipline de jeu et de vie propres aux professionnels en la matière.




On ne vient pas apprendre à jouer en équipe nationale. Certes, dans la tanière on gagne en expérience, en fighting spirit. Mais beaucoup de choses doivent être reprochées à ces joueurs qui se sont illustrés par un style de jeu des plus déplaisants et coincés, pour ce match aller des barrages Qatar 2022. On dirait qu’ils étaient en manque de sommeil ou tout au moins de repos . Ne faut-il pas aussi regarder du côté du préparateur physique au lieu de tout mettre sur le dos du manager Sélectionneur. Le sens des responsabilité au sein de cette équipe nationale doit également être scruté. A mon humble avis de Camerounais.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.