La Hongrie accepte payer le gaz russe en Roubles (en lingots d’or)

Gaz russe Gazoduc Nord Stream 1

La Hongrie annonce payer le gaz russe en Roubles. Dans son effort ultime pour sauver le visage d’unité de l’Europe face à la Russie dans la crise armée en Ukraine, le Gouvernement Hongrois s’est retrouvée face aux intérêts vitaux de sa population. Des intérêts bien plus différents et divergents face à la dépendance au gaz russe. Ce pays n’est pas le seul de l’UE à dépendre à plus de 70%, voire à 100% de ce gaz.




Tout ceci fait croire que de nouveaux pays européens vont s’aligner sur le choix de payer le gaz russe en Roubles, la devise russe. Est-ce le début du vole en éclat de la solidarité de façade des pays européens sous le lead américain ? La question petit à petit s’invite dans les plateaux télés Occidentaux, malgré les Européens qui ont le souci de montrer leur solidarité à l’Ukraine. (LIRE AUSSI : Voici le message d’Angela Merkel que l’Occident refuse de considérer).

Le gaz russe pour imposer des rapports commerciaux saints

Mais surtout de présenter au monde qu’ils sont unis dans l’Union. Pour beaucoup de leader pourtant, la France et l’Allemagne sont les deux pays qui traînent la patte  lorsqu’il s’agit de se couper du gaz russe sans tarder. S’il est vrai que la France a moins de dépendance (17%) que l’Allemagne, ses excuses semblent fallacieuses. Pour la France, il faut un décision de groupe dans la volonté de quitter les accords avec la Russie. Pour elle, les 27 doivent quitter ensemble et payer ailleurs ensemble.




Seulement pour certains dirigeants européens, ceux qui n’ont pas de grosse dépendance de ce gaz pourraient commencer par mettre en pratique de telles sanctions. En fait, ce que l’on refuse de dire aux Occidentaux est qu’ils ne peuvent pas aussi facilement  se couper du gaz russe sans risque de désindustrialisation, de refroidissement des ménages et du regain de tensions sociales en Europe. (LIRE AUSSI : Paiements en Rouble : des faiblesses de l’Occident révélées au grand jour). Déjà depuis quelques jours se multiplient sur le sol européen des grèves et des marches contre la hausse du prix du carburant à la pompe, des prix des engrais.

Imposer sa monnaie

Italie, Pologne, France, Allemagne, Hongrie, Espagne, etc., les peuples sont demandeurs d’énergies multiples au moment où les États sont entrés dans le dilemme de l’offre russe. La Russie serait dans son droit de demander l’ouverture des comptes dans son pays, dans ses banques, par les Européens, voire le monde.




Ceci dans la mesure où en gelant les avoirs monétaires russes, et ceci pour la plupart des fonds de souveraineté au mépris du droit international, les Européens auraient ainsi bénéficié gratuitement du gaz russe, sans payer un kopeck. Cette décision ne tarde pas à faire comprendre aux Africains que celui qui possède sa matière première peut imposer sa monnaie et même son prix sur le marché financier et commercial au niveau mondial. Nous y reviendrons. (LIRE AUSSI : Russie : Diadia Vania remplace McDonald’s et sauve 62 000 emplois).

.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.