Frappes chirurgicales : les russes prouvent en avoir la bonne technologie

Les médias occidentaux se rendent-ils finalement compte que la Russie maîtrise les frappes chirurgicales ? Rappel des faits dans l’article. Selon Wikipedia, « Une frappe chirurgicale est le terme militaire d’une attaque « censée » provoquer des dégâts aux seules cibles militaires désignées, sans causer de dommages collatéraux. »




Au début de cette opération militaire spéciale russe en Ukraine, des experts sur les plateaux télés en Occident nous ont dit que la Russie frappe en désordre, qu’elle ne possède pas la technologie des frappes chirurgicales. (LIRE AUSSI : Voici le bilan de la frappe russe sur le terrain d’entraînement à Yavorovsky). Ils sont même allés jusqu’à des railleries qui ont pour but de vous faire douter de sa place de 2nde ou 1ère puissance militaire. Ils y sont encore pour autres secteurs.

Frappes chirurgicales tous azimuts

Et puis sont venues les frappes chirurgicales par dizaines : contre l’antenne de télévision de Kiev au 6ème jour de l’Opération Militaire Spéciale russe en Ukraine, entraînant l’interruption de la diffusion des chaînes (ministère ukrainien de l’Intérieur). Puis sur les immeubles des institutions, sur les bases aériennes avec l’entrée des missiles hypersoniques le 19 mars, ou celles entre deux silos de Tchernobyl.




Jusqu’à ce 26 avril 2022 où elle vient de frapper le centre souterrain du commandement des bataillons Azov, à 4h du matin. Le bataillon Azov est l’unité d’élite des forces armées ukrainiennes qui serait commandée par des Américains, selon un journaliste français. Ce petit résumé nous fait comprendre qu’il nous est dangereux de croire à l’appartement de ceux qui lisent dans la boule de cristal dans le conflit qui oppose la Russie au monde Occidental. (LIRE AUSSI : Missiles hypersoniques russes en Ukraine : pourquoi ce 19 mars 2022 ?).