Alain Foka dément être « viré » de RFI : le moment de l’annonce interroge

Le journaliste Alain Foka de RFI de France Médias Monde

La rumeur court déjà des mois sur un possible licenciement du Camerounais Alain Foka de RFI. Le journaliste avait fait une contre interview de Jules Alingete “remettant en cause l’enquête de Congo hold-up” menée par ses confrères de France Médias Monde, propriétaire de RFI et France24. Le groupe français avait quelques jours avant diffusé une enquête selon les directives du Quai d’Orsay. (Pour bien comprendre d’où vient la rumeur, LIRE L’ARTICLE : Alain Foka : nègre de maison ou nègre révolté à RFI pour le journaliste ?).




Alain Foka a diffusé la sienne sur sa propre chaîne YouTube et dans ses réseaux sociaux. Depuis lors, il y a comme un vent de tension entre sa hiérarchie et lui. En réponse à tout ce qui s’écrit sur son maintien dans le Groupe France Médias Monde, le présentateur de « Archives d’Afrique » sur RFI se défend et écrit sur son compte Twitter : « Une rumeur selon laquelle je serais viré ou sur le point de l’être court sur la toile. Elle est sans fondement. Je ne suis ni censuré, ni menacé à RFI. Claudy et moi restons des esprits libres. RFI ne nous a pas inquiété. Pas besoin d’instrumentalisation svp« . (LIRE AUSSI : Mali : RFI et France 24 suspendus « jusqu’à nouvel ordre » (Officiel Mali)).

Après entente Alain Foka et RFI ?

Cependant; il y a des questions qui taraudent notre intelligence et curiosité. Pourquoi avoir attendu des semaines pour démentir ce que beaucoup avaient écrit dans de milliers de publications ? Pour lui qui sait si bien l’impact positif d’une bonne réaction rapide contre des allégations mensongères sur un sujet qui anime la toile ? A bien lire entre les lignes, on croirait plutôt que le timing obéit aux tractations internes qui auraient eu lieu où sont en cours au sein même de la direction de ce média français. Parfois l’on sait que le silence parle plus haut et fort que la parole hasardée.




Alain Foka aurait été rappelé à l’ordre sur RFI pour avoir rétablit sur sa chaine YouTube une vérité qui dérange la France d’en haut sur un pays africain. Voilà ce que beaucoup ont retenu dans cette affaire. Une contre interview de Jules Alingete “remettant en cause l’enquête de Congo hold-up” menée par des confrères de France Médias Monde. Claudy Siar avait réagit en tout début de cette affaire sur son compte twitter : « Si Alain Foka part… je pars », avait écrit le journaliste Guadeloupéen. En conclusion dirons-nous, si Alain Foka dément son licenciement, il ne dément pas avoir subi des pressions ou avoir été sanctionné de RFI ou par le Groupe de médias français.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.