Djamel Belmadi : un Arabe coincé en Afrique le regard tourné vers l’Arabie

Djamel Belmadi entraineur-sélectionneur algérien raciste

Il y a quelques mois, à la veille de la 33ème Coupe d’Afrique des Nations de Football qui a eu lieu au Cameroun du 9 janvier au 6 février, le plus grand joueur africain du siècle passé, Albert Roger Milla, déclarait à la suite des exigences et plaintes de l’Algérie que  » A la CAF, les pays Maghrébins, ce sont eux qui mettent toujours le bordel. » dans le football africain. Le journal français avait qualifié sa sortie de « lunaire ». C’est leur langue et leur cœur et émotions qui se sont exprimés sans prendre la profondeur des paroles de l’ambassadeur itinérant camerounais qui, sûrement, en a vu des vertes et des pas mûres avec ces « Maghrébins« .




Puis vint le but assassin de Karl Toko Ekambi à moins 10 secondes de la fin du match retour contre l’Algérie à Blida, comptant pour la qualification au Mondial de Qatar en novembre 2022. Ce fut le coupe souffle pour les Fennecs, un peu ce que les Camerounais appellent le « but Tais-toi ». Depuis ce jour, le goitre ce cesse de gonfler le cou des Algériens. ces derniers exhibent clairement leur manque de fairplay qui se mue de plus en plus en une sorte de racisme à peine voilé. Les expressions et attitudes des supporters des Fennecs et de leur entraîneur Djamel Belmadi semblent chaque jour sortir du cadre professionnel du football.

Djamel Belmadi pour deux continents en Afrique

Dans ses dernières sorties, l’entraineur-sélectionneur algérien apprend au monde que les Algériens ne sont pas des Africains, mais juste un pays en Afrique. Pour Djamel Belmadi : « Non les Algériens sont des Maghrébins, pas des Africains. Le pays se situe en Afrique. Rien de plus. Faut arrêter l’hypocrisie. Ce terme d’Africain est à bannir dans notre langue. Africain renvoie à noir. On se déplace en Afrique, donc dans les pays aux populations noires.« 




Des propos racistes qui amènent à réfléchir sur le comportement des pays des Maghrébins dans les instances africaines. Que ce soit à la CAF, à l’Union Africaine ou aux autres regroupements entre Africains. Ce que dit Djamel Belmadi a déjà été dit il y a des années par l’ancienne génération de ce pays qui avait demandé à jouer la coupe de l’UEFA et non la Coupe d’Afrique des Nations. Ce qui lui a été refusé. Djamel Belmadi exprime juste le factice complexe de supériorité qu’affiche certains Algériens vis à vis des Noirs. Djamel est un raciste qui se cache dans le sport et profite d’un match de foot à jamais perdu pour exprimer sa xénophobie et son racisme envers les Noirs. (LIRE AUSSI : Qatar2022 : qualification du Cameroun face à l’Algérie à Blida).

Le monde imaginaire

Dommage qu’on en soit arrivés là alors que nous parlons football. Le football est pour le fairplay et l’amour du prochain. Le football est aussi pour le rassemblement. En violant la charte de paix de la CAF, il se met tout seul au ban des accusés. Mais il faut regarder la sortie de Djamel Belmadi sur le prisme géopolitique. Lorsqu’il dit « On se déplace en Afrique, donc dans les pays aux populations noires« , il fait allusion à « leur monde arabe ». A une Algérie plutôt tournée vers le Qatar où le pays vient de gagner la Coupe de la ligue arable, entre pays arabes.




Et c’est ici que nous devons interroger réellement ce qui se passe derrière toutes ces attaques que l’on fait contre les Camerounais depuis le match de Blida. De même que ces propos agressifs que l’on entend ici et là venant des supporters, journalistes, influenceurs, joueurs, et officiels algériens depuis la CAN. Certains aimeraient bien scinder l’Afrique en deux continents : le continent maghrébin et le continent africain. Cela arrangerait bien les Arabes et européens qui se cachent derrière ces attaques médiatiques. Nous y reviendrons. (LIRE AUSSI : Classement FIFA mars 2022 des représentants africains au mondial 2022).

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.