Prix des bières : le Mincommerce Atangana Mbarga dit non au Syndebarcam

la nouvelle de la hausse des prix de la bière au Cameroun a traversé toute la toile comme une traînée de poudre. La bière va augmenter de 100 à 500 Francs selon le type de boisson. Mais cette information n’est pas sans précédent. C’est depuis mars que le Mincommerce Luc Magloire Mbarga Atangana fait le bras de fer contre Hervé Nana sur une nouvelle hausse des prix des bières. (LIRE AUSSI : Cameroun : les prix des produits pétroliers resteront inchangés).




Une nouvelle grille des prix est voulu par le président national du Syndicat national des débits de boissons et bars du Cameroun (Syndebarcam). Seulement au Cameroun, l’homologation des prix est du domaine seul de l’Etat. Et les producteurs et importateurs sont les seuls à avoir qualité pour saisir l’administration pour solliciter une homologation des prix. Mais non un syndicat de débit de boisson.

La Réponse du Mincommerce

Aussi le Ministre du commerce avait-t-il répondu au courrier dudit syndicat que : « La bière, au même titre que les eaux minérales et les boissons hygiéniques, fait partie, aux termes de l’arrêté N° 0095/Mincommerce du 14 avril 2022, des produits dont les prix et les tarifs sont soumis à la procédure d’homologation préalable et non à celle du dépôt préalable des barèmes. Votre correspondance procède par conséquent, de ce point de vue, à une confusion de procédure. Elle est dès lors irrecevable »,




Seulement, l’on sait que le syndicat a juste été mis en avant dans une tentative de forcing de la hausse des prix par l’association des producteurs de boissons alcoolisées (CAPA). Et que le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) a lui aussi presque fait la même demande auprès du Mincommerce, s’accrochant sur les effets dévastateurs de la crise sanitaire de la maladie à Coronavirus, et à présent ceux de la crise en Ukraine. (LIRE AUSSI : La Hongrie accepte payer le gaz russe en Roubles (en lingots d’or)).

Prix des bières et Capa, Gicam

Des effets caractérisés par les surcoûts, consécutifs à l’explosion des prix des matières premières et du fret à l’international. Ainsi, devant l’annonce d’une hausse des prix dès le 1er juin signée par le Syndebarcam depuis le 11 mai, le Mincommerce Luc Magloire Mbarga Atangana dit stop au forcing ce 13 mai. (LIRE AUSSI : Cameroun : le prix du sac de farine de blé n’a subi aucune augmentation).




Certes le Gicam rappelle qu’en raison de l’inflation sur le marché mondial, les cours mondiaux des principales matières premières des entreprises brassicoles (malt, sucre, gritz, préforme, monopropylène, capsules vis, etc.) ont cru de 10 à 201%. Et que dans le même temps, le fret maritime a explosé de 300% au départ de l’Asie, et de 200% pour les embarquements depuis le continent européen. Mais le Ministre demande de voir ensemble comment ne pas faire payer le lourd tribu de l’inflation aux consommateurs.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.