À LA UNEINTERNATIONAL

La Confédération de l’Alliance des États du Sahel naît à Niamey

Mali, Niger et Burkina Faso vers une monnaie commune

Ce 06 juillet 2024 est née à Niamey la Confédération de l’Alliance États du Sahel AES qui compte le Mali, le Niger et le Burkina Faso, 3 États du Sahel africain ayant créé l’AES le 16 septembre 2023 et dont les « peuples ont irrévocablement tourné le dos à la CÉDÉAO » selon le Général Abdourahamane Tiani du Niger. Pour ce premier sommet de l’Alliance des États du Sahel, étaient présents le Capitaine Ibrahim Traoré du Burkina Faso, le Colonel Assimi Goita du Mali et le Général Abdourahamane Tiani du Niger pour la signature officielle de cette Confédération. (LIRE AUSSI : La France des barbouzes est de retour avec un commandement pour l’Afrique).




« Aux fonctionnaires et ministres des affaires étrangères ayant finalisé et adopté le projet de traité, c’est avec un réel plaisir que je marque mon accord solennel à la création de la Confédération Alliance des États du Sahel AES. L’approbation formelle du traité portant création de la Confédération Alliance des États du Sahel AES consacrera ainsi l’aboutissement des aspirations de nos populations à sceller le socle de notre espace sahélien, une union d’États partageant les mêmes défis et les mêmes ambitions, en un mot, le même destin ». Général TIANI, Président du MALI.

Confédération de l’Alliance des États du Sahel

Une Confédération est différente d’une fédération. Alors que dans une fédération les États perdent totalement leur souveraineté internationale pour créer un nouvel État qui reprend toutes leurs souveraineté internationale, dans la fédération les États gardent une partie de leur souveraineté respective mais signent des traités pour une position commune à l’international. Véritable défi du panafricanisme, la Confédération qui vient de naître à Niamey est une étape fondamentale dans la réalisation d’une véritable union panafricaniste avec pour mission de donner au continent sa véritable souveraineté. Ceci peut être entendu dans le discours du Capitaine Ibrahim Traoré, président du Burkina Faso : « Nous avons jugé nécessaire de prolonger et d’agrandir l’architecture de l’AES. Ce qui nous rassemble aujourd’hui doit nous permettre d’aller sur d’autres terrains en plus de la défense, notamment les finances, l’économie, les infrastructures, la santé et l’éducation ».




Ces trois États ce jour une Confédération de l’Alliance des États du Sahel avaient déjà créé des structures communes en exprimant leur volonté de « mutualiser leurs ressources » dans des secteurs tels que la défense, l’eau, l’énergie, le transport, ainsi qu’une plus grande utilisation des langues locales dans les médias publics et privés de leurs nations. « Nous avons jugé nécessaire de prolonger et d’agrandir l’architecture de l’AES. Ce qui nous rassemble aujourd’hui doit nous permettre d’aller sur d’autres terrains en plus de la défense, notamment les finances, l’économie, les infrastructures, la santé et l’éducation« , peut-on noter dans le discours du Capitaine Ibrahim Traoré. S

La méfiance en tout temps en Afrique

ans oublier de noter qu’Ils ont en outre décidé de doter la confédération « des instruments propres pour le financement de notre politique économique et sociale, et de mettre en place un mécanisme visant à faciliter la libre circulation des personnes, des biens des services au sein de l’espace AES ». Le discours est radical et rassurant, il rejette les indépendances factices octroyées aux pays africains après les décolonisations et appelle à une véritable souveraineté et union des peuples par la tombée des barrières héritées des impérialistes. Le défi est donc que cette autre confédération sur le sol africain ne soit pas plombée par les ennemis des Etats-Unis d’Afrique comme les précédents. A l’exemple de la Fédération du Mali qui s’étendait sur 1 825 000 km2.




Nous savons que tout ce qui est politique est également économique et financier. Avec l’arrivée sur le champs économique de l’Afrique de l’Ouest de la Confédération de l’Alliance des États du Sahel, ce sont des cartes économiques qui sont rabattues. L’espace Mali, Burkina Faso, Niger comptent 2 780 000 km2 et la Confédération des États du Sahel devient automatiquement le second plus grand marché de l’Afrique de l’Ouest avec près de 75 millions de consommateurs après le marché du Nigéria qui reste la première économie africaine et premier grand marché africain avec plus de 218 millions de consommateurs pour seulement 923 768 km². En ce qui concerne ceux qui pensent que ce territoire est trop grand pour u maillage administratif efficace, nous leur demandons comment font la Chine, la Russie, l’Inde, le Pakistan, l’Afrique du Sud, la CAnada ou l’Algérie pour maîtriser tout leur territoire.

NE MANQUEZ PAS NOS ARTICLES SUR GOOGLE ACTUALITÉS : https://news.google.com/publications/CAAiEG2XSBXLsPuJPRi80d5rvigqFAgKIhBtl0gVy7D7iT0YvNHea74o)


En savoir plus sur Saimondy Actualités

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

Simon Ngaka

CEO et rédacteur en chef de Saimondy, journaliste et analyste géopolitique, écrivain et éditeur, artiste-musicien et interprète, Producteur de musique. En 2009, il créé le label Saimondy.

Simon Ngaka has 964 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.