Président Paul Biya discours du 31 décembre 2019

Le Président de la République Paul Biya a fait son discours de fin d’année. Comme chaque fin année, la tradition a été respectée en cette année 2019. Un message qu’on peut situer dans la continuité de son discours du 10 septembre 2019 quand il initie le Grand Dialogue National. Mais aussi une mise au point de son discours de fin d’année de 2018 quand il a parlé de l’amélioration des conditions de vie des citoyens. Le fait nouveau est le rappel de ce qui constitue le socle du système démocratique camerounais.

Le Président de la république Paul Biya a semblé très détendu, presque pédagogue comme lors de son discours du 10 septembre. Notamment lorsqu’il revient sur les événements qui ont émaillés l’après élection présidentielle. Sur ceux-ci, le président a fait remarquer que les réseaux sociaux ne sont pas à même de changer la volonté du peuple. C’est pour cela qu’il rappelle des règles simples du système démocratique camerounais. Dans son discours, on aurait bien aimé que le chef de l’Etat fasse un discours sur l’Etat complet de la nation, mais comme à son habitude, il a plutôt choisi parler de ce qui fait l’actualité direct de la vie de la nation. Les points saillant de l’économie, les crises sociopolitiques avec le Grand dialogue national comme le cœur des résolutions vers la paix. Il est revenu sur les recommandations de cette rencontre entre Camerounais de bonne et de mauvaise foi pour parler de l’essentiel du statut spécial accordé aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, du bilinguisme avec l’utilisation des deux langues officielles dans toute la fonction publique en égale valeur. Le président de la république du Cameroun a également dit un mot sur le Code sur les Territoires Décentralisés.

Le discours pour un Cameroun nouveau

Ainsi donc, pour le reprendre, « C’est un Cameroun nouveau qui voit ainsi le jour » avec le respect de la volonté du peuple Camerounais à octroyer un statut spécial au NOSO, mais aussi à supprimer le poste de Délégué du Gouvernement pour le remplacer par le maire de la ville qui lui, n’est pas nommé comme le premier, mais plutôt élu par ses paires. De même, le comité des chefs traditionnels décisionnaires est restauré dans ces deux régions. Sans oublier que le code pousse encore plus loin la décentralisation en retirant aux fonctionnaires de l’Etat central toute prérogative de compétence, et d’administration sur les collectivités décentralisées qui auront à s’auto-gérer. Pour comprendre le discours du président, nous allons passer en revue quelques expressions importantes de son discours.

« Le discours du Président Paul Biya … Notre croissance économique était en progrès l’an passé … Des preuves ont été apportées que le progrès social n’est pas un vain mot … Des avancées sont encore possible … Où en sommes-nous un an plus tard ? … Notre but reste … éradiquer la pauvreté … Sachez en tout cas que les efforts qui ont été faits dans ce domaine seront poursuivis  … amplifiés … Notre croissance a repris, l’inflation est maintenue, notre dette reste soutenable … Hypothèse de croissance de 4 % … Ce qui nous permet de rester dans notre objectif d’émergence en 2035 … Est-ce à dire que nous pouvons nous reposer dans nos lauriers ? Certainement pas … Il nous faudra  faire des efforts supplémentaires … je crois que nous en sommes capables … Reste la situation sécuritaire  dans nos régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest… l’un des problèmes les plus urgents … Pour ceux qui s’obstinent à demeurer dans la mauvaise foi … Groupes criminels … ».

Une certaine presse

 Nos Forces de Défenses et de Sécurité feront leur devoir avec rigueur mais avec mesure … La nation dans son ensemble a montré qu’elle soutenait la politique du gouvernement … Le Grand Dialogue National … Je remercie aujourd’hui tous ceux qui ont bien voulu y participer et ceux qui les ont organisé … 15 décembre … Code des Territoire Décentralisés … C’est un Cameroun nouveau qui voit ainsi le jour, un Cameroun qui prend en compte le temps présent … Le GDN nous a ouvert la voie à la paix … Système démocratique … Je n’ignorais pas que le chemin serait semé d’obstacles … Malheureusement une minorité a oublié les règles démocratiques … Débattons, ne nous battons pas … Ainsi se comportent les citoyens d’un pays démocratique … Confiance aux lois et aux institutions … ce n’est ni les réseaux sociaux, ni une certaine presse fera changer la volonté du peuple ».

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 227 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Avatar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *