Samuel Eto’o Fils et les choix discutables de Jean Bruno Tagne (Fécafoot)

Samuel Eto'o Fils et Jean Bruno Tagne

Et si Jean Bruno Tagne était en train de faire échouer Samuel Eto’o Fils ? Beaucoup s’attendaient sûrement que je dise mot sur la brillante prestation de Samuel Eto’o Fils lors de la présentation de son programme à 200 dirigeants d’entreprise le 14 novembre 2021, voire sur ledit programme en lui même, seulement si la prestation du candidat Eto’o Fils m’a séduite, son opportunité ne m’a pas semblée grande, d’où mon silence, le temps de ma réflexion.




Sur le programme de Samuel Eto’o Fils en lui-même, sincèrement rien à redire ni à dire. Il est en béton. Sa présentation maîtrisée, mais fallait-il faire tout ce ramdam médiatique pour cette candidature ? Et c’est ici que les regards des observateurs se sont tournés sur le choix et la maturité de ses conseillers. Des jeunes avec beaucoup de fougue et l’âme populiste qui, sous l’ombre d’une star, semblent avoir juré ne tirer que leur part de prestige. Les carottes sont elles donc cuites pour l’ancien Lion Indomptable ? Le pire ici étant dans ce contexte footballistique de conseiller à une star de jouer à la star et à trop d’assurance pour convaincre. Une stratégie pour nuls quoi.

La stratégie choisie par le direction de la communication du candidat Samuel Eto’o est très discutable ou tout au moins questionnable sur plusieurs plans. Pourquoi mobiliser les Benskins pour accompagner le dépôt de sa candidature quitte à en faire un moment vulgaire et populiste ? Pourquoi présenter au public son projet en lui donnant le sentiment de le prendre à .témoin du refus du développement du football camerounais par les délégués au cas où il passerait à côté du vote ? Pourquoi le laisser proférer les menaces d’envahissement des urnes et parler sans diplomatie de la déloyauté du camp adverse ?




Vers une crise post-électorale

On le sait bien, lui mieux que nous, que ce n’est pas un vote de tous les citoyens camerounais. On espère et je crois que c’est ce qu’il a fait déjà, qu’il ait présenté personnellement comme promis son programme aux seuls votants de cette élections que sont les délégués choisis en amont par les acteurs du foot.

On se rapproche chaque jour de plus d’un tiret aux faits et gestes imposés par une certaine opposition politique qui ont abouti aux tensions d’avant la présidentielle de 2018 où on a vu un candidat très agité, égocentré, supra-sûr de lui, avec des déclarations prophétiques sur les résultats du vote, utilisant les réseaux sociaux à outrance comme support communicationnel via des hommes de mains et des sympathisants motivés face à un adversaire calme, froid, comme sûr de ses moyens et de ses électeurs. Ici qu’est Seidou Mbombo Njoya dont les fidélités de papa Ibrahim Mbombo Njoya, ancien ministre des sports camerounais, semblent couver.

On sait la crise sociopolitique qui a résulté bien après 2018. N’a-t-on pas aussi déjà vu le candidat Samuel Eto’o Fils chez Clément Atangana, le Président de la Cour constitutionnelle, qui pourtant ne vote pas ? Jean Bruno Tagne, le Directeur de la communication de Samuel Eto’o, n’est-il pas sur la logique « ça passe ou ca casse » et de celle du « messianisme exclusif » qu’a le MRC depuis la présidentielle d’octobre 2018 qu’il a essayé tant bien que mal de justifier sur des plateaux de télévision ? N’est-ce pas comme le leader du MRC, on a entendu Samuel Eto’o Fils menacer d’utiliser ses fans et sympathisants, benskineurs et curieux présents au lendemain de la victoire des Lions indomptables sur la Côte d’Ivoire, le 17 novembre 2021, jour du dépôt de sa candidature, contre son adversaire ou le système de fraude électorale qui serait mis en place ?




Du radicalisme pour Samuel Eto’o Fils ?

Devons-nous croire à un malheureux hasard que son communicant aient laisser passé cela ? Que non ! Parfois ceux que nous prenons auprès de nous ayant parlé de nous en termes d’échec ne viennent toujours pas nous offrir la réussite. Au contraire, ils seraient là aussi pour confirmer aux yeux du public qu’ils ont eu raison de parler de nous en termes d’échec. Une autre chose est que ce fils prodigue du foot camerounais peut effrayer plus d’un homme politique par sa force de frappe. Il a trop de réussite, trop de lumière sur lui, trop de…. Une menace dans les 10 ou 15 ans à venir.
San être dans la théorie du complot contre Samuel Eto’o Fils, nous pensons juste qu’il est encore grand temps pour recentrer le spot sur ceux qui vont voter, et ceci avec tact et discrétion.


Certes, on ne peut jeter l’eau et le bébé. La médiatisation du projet du 9, SEF, le. Pitchichi et autres noms affectifs que Samuel Eto’o Fils a de son public à eu l’audace et la bénéfice de mettre sur la table le débat sur la reconstruction du football camerounais avec solutions concrètes. À ce jour, il semble être le seul à savoir comment y parvenir de manière concrète. Et ceci est tout ce que nous voulons du futur président de la Fédération camerounaise de football. Eto’o peut, il en a les moyen et a déjà annoncé être le prochain président de la fédération…. Mais de quelle année ?

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 391 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Laisser un commentaire