Béji Caïd Essebsi, le chef de l’Etat tunisien est décédé ce 25 juillet à Tunis

Béji Caïd Essebsi, le chef de l'Etat tunisien est décédé

Le Président tunisien Béji Caïd Essebsi vient de mourir en fonction. Il avait 92 ans. La Tunisie est en deuil, dans le calme et le recueillement, son président de la république est décédé ce 25 juillet 2019 à 10 heures 25 minutes à l’hôpital militaire de Tunis. Le plus vieux président au monde, si l’on met la Reine d’Angleterre de côté, s’en est allé à 3 mois de la fin de son mandat, quelques semaines après avoir été victime d’un « grave malaise ». Les Tunisiens depuis des semaines avaient des doutes quant à son retour sur la scène politique. Déjà, il avait dit qu’il ne briguerait plus un nouveau mandat afin de « laisser la place aux jeunes ».

L’élection présidentielle est prévue pour novembre prochain. Mais pour l’heure, Mohamed Ennaceur le Président de l’Assemblée Nationale prend par intérim la tête de l’Etat, selon l’article 84 de la Constitution tunisienne. Il est dit dans son deuxième paragraphe, qu’en cas « de décès ou d’incapacité permanente ou pour tout autre motif de vacance définitive, la Cour constitutionnelle se réunit sans délai, constate la vacance définitive et en informe le Président de l’Assemblée des représentants du peuple qui est sans délai investi des fonctions de Président de la République par intérim, pour une période de quarante-cinq jours au moins et de quatre-vingt-dix jours au plus ».

La suite sans Béji Caïd Essebsi

S’il ne naît pas la polémique autour de l’inexistence de la Cour Constitutionnelle en ce moment, Mohamed Ennaceur devra organiser les élections à date ou en rapprochant l’échéance, selon que la mort du Président pourrait bousculer l’agenda politique national. De toutes manières ce délai ne doit pas dépasser 3 mois. Mais les Tunisiens semblent sereins dans la mesure où leur armée est la seule du monde arabe à n’avoir jamais tenté prendre le pouvoir. Cette dernière est foncièrement apolitique. Béji Caïd Essebsi était le premier président tunisien démocratiquement élu, c’était en 2014, depuis l’indépendance du pays en 1956.

Ce qu’on peut dire de lui est que son règne n’était pas celui qui bouscule l’histoire par des positions pompeuses, il n’était même pas un homme d’action. Il est celui qui a mené la transition démocratique en tant que Premier ministre provisoire en février 2011 après la révolution qui a renversé le président Ben Ali en janvier 2011. Il a été Ministre de l’Intérieur, de la Défense et des Affaires étrangères sous le premier président tunisien Habib Bourguiba. Il était devenu président du Parlement en 1990 – 1991 sous Ben Ali. Béji Caïd Essebsi était revenu sur le devant de la scène à la faveur de. Cet avocat de formation avait été nommé Premier ministre. Il avait réussi à mener le pays vers les premières élections libres de son histoire en octobre 2011, remportées par les islamistes d’Ennahda. Béji Caïd Essebsi est père de quatre enfants.

Please follow and like us:
error20

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 120 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Avatar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *