INTERNATIONAL

Mamadi Doumbouya annonce la fin de la démocratie occidentale en Afrique

La tribune de l’ONU a vu défiler plusieurs présidents africains lors de la 78ème session de l’Assemblée Générale, dont Mamadi Doumbouya de la Guinée Conakry. Pour une fois, les Africains ont été unanimes et clairs sur le rôle que l’ONU a cessé de jouer au niveau international. Ce fut aussi pour beaucoup le lieu indiqué pour fustiger les mauvaises pratiques continues de certaines anciennes puissances et cupides dirigeants occidentaux encore sur le sol africain contre la volonté des peuples.




Le président Mamadi Doumbouya de la Guinée Conakry appelle les uns et les autres à accepter en toute sincérité que le modèle démocratique vendu aux Africains par l’Occident est un échec fracassant. Ainsi que les relations diplomatiques et des échanges économiques sont en lambeaux, en défaveur de l’Afrique. Pour le Colonel Doumbouya, l’Occident doit savoir accepter s’être bien trompé sur les choix de l’Afrique et cesser de vouloir lui « imposer » sa vision du monde, ses modèles de développement, son idée de bonheur. Se retirer de cet espace politique. « On n’en veut plus », a-t-il martelé du haut de la tribune de cette organisation.

Mamadi Doumbouya droit dans ses bottes

Dans son discours, il a été clair que l’Afrique n’est plus prête à accepter ce qui ne fait ni son bonheur ni son développement. Elle compte puiser en elle, dans ses pratiques ancestrales pour retrouver le chemin de son developpement. « L’Afrique souffre d’un modèle de gouvernance qui nous a été imposé, un modèle certes bon et efficace pour l’Occident, qui l’a conçu au fil de son histoire, mais qui a du mal à passer et à s’adapter à notre réalité […] Hélas, j’aimerais dire que la greffe n’a pas pris. […] L’Afrique de papa, la vieille Afrique, c’est terminé. C’est le moment de prendre en compte nos droits, de nous donner notre place. Mais aussi et surtout le moment d’arrêter de nous faire la leçon, de nous prendre de haut, d’arrêter de nous traiter comme des enfants ».




Pour terminer avec l’actualité actuelle des jeux et enjeux géopolitiques se jouant dans le monde, depuis le déclenchement de « l’opération militaire spéciale » de la Russie en Ukraine, les votes à l’ONU, les batailles de positionnement des blocs Est-Ouest en RCA, Mali, Burkina Faso, Niger Libye, RDC et dans tous les pays africains, la montée et l’expansion à 11 Etats des BRICS avec la puissance de la Banque des BRICS, etc. Sans oublier la lutte d’influences entre Chine, USA, Russie, UE, UA, Turquie, Iran, etc. celui qui dirige la transition en Guinée Conakry rappelle au monde la position africaine.

La position de l’Afrique

« Nous ne sommes ni pro, ni anti-Américains, ni pro, ni anti-Chinois, ni pro, ni anti-Français, ni pro, ni anti-Russes. Nous ne sommes tout simplement pro-Africains, c’est tout. Nous mettre sous la coupe de telle ou telle puissance est une insulte à une population de plus d’un milliard d’Africains dont environ 70% des jeunes totalement décomplexés. Des jeunes ouverts sur le monde et décidés à prendre en main leur destin.  » (LIRE AUSSI : Mali, Burkina Faso, Niger signent un accord de défense commune).

Saimondy

Directeur de la publication de Saimondy. Analyste géopolitique, Journaliste-écrivain, artiste musicien et producteur. Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Saimondy has 1147 posts and counting. See all posts by Saimondy

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.