Lapsus révélateur de George W. Bush qui condamne l’invasion de l’Irak : « totalement injustifiée »

Lapsus révélateur de George W. Bush Irak Russie Ukraine

L’ex-président américain George W. Bush a fait un énorme lapsus révélateur lors d’un discours à Dallas, dans lequel il dénonçait l’offensive russe en Ukraine. Mais au lieu de l’Ukraine, ce dernier a plutôt parlé de l’Irak. Le calme avait gagné une salle où personne.ne s’attendait à ces aveux de culpabilité dont traîne depuis l’ancien chef d’Etat depuis l’invasion des États-Unis lancée en Irak en 2003.




« Le résultat est l’absence d’équilibre des pouvoirs en Russie et la décision d’un seul homme de lancer une invasion totalement injustifiée et brutale de l’Irak« . Lapsus très révélateur de la période de plus noire de son mandat et qui sûrement continue à le hanter 19 ans plus tard encore. Très embarrassant moment pour celui qui a été sans pitié pour les irakiens, qui a pendu Saddam Hussein en mondovision sous le faux prétexte de la détention d’armes chimiques, qui a légitimé la théorie des « frappes préventives » par l’Irak.

Lapsus révélateur d’une tourmente morale

Mais pas seulement. Il a justifié « les dommages collatéraux » dont il refuse de voir en Ukraine à présent, financé le terrorisme qui a détruit la paix et la stabilité mondiales, et est également responsable de centaines de milliers de morts. À 75 ans, ce monsieur doit être très malheureux et hanté par cette période noire de son existence sur terre. Seulement si jamais a-t-il possédé un peu d’humanisme en lui. (LIRE AUSSI : États-Unis : un sommet pour séduire un continent africain déjà ailleurs).




Le lapsus de l’ancien président des États-Unis George W. Bush peut être analysé dans une autre mesure. Il se reconnaît bien dans les actions militaires préventives que pose la Fédération de Russie pour se protéger des Occidentaux prêts à tout pour affaiblir le pays de Vladimir Poutine. Seulement il sera toujours loin de le déclarer au monde et de reconnaître la dangerosité des frappes préventives contre un État souverain. (LIRE AUSSI : Capitole des Etats-Unis : le monde occidental ne s’effondre-t-il pas ?).

Laisser un commentaire