Gaz russe : l’analyste économique Olivier Delamarche qualifie les dirigeants européens « d’idiots »

Analysant la crise énergétique en Europe, l’analyste économique Olivier Delamarche qualifie les dirigeants européens « d’idiots ». Dans une des émissions de « C’est cash », programme spécialisée traitant de l’économie et la finance mondiale, le consultant de RT France dit s’étonner des mensonges et prises de décisions immatures des dirigeants occidentaux. Il est allé jusqu’à conclure que « ils sont idiots. C’est parce qu’ils sont idiots » qu’ils refusent de voir que « l’Europe ne peut se passer d’un coup [d’annonce] du gaz russe ». La crise énergétique en Europe est appelée à durer. Sauf si les Occidentaux ravalent leur fierté. (LIRE AUSSI : La Russie devient le symbole de la résistance anti Occident dans le monde).




Ainsi, dans leur « russophobie » très aveugle, ils ont plongé toute l’Europe dans une insécurité aussi grave à l’approche de l’automne et d’hiver. Les industries occidentales tournent au ralenti, les discours sur comment et pourquoi l’on devrait diminuer sa consommation énergétique domestique se multiplient. Et voici venue la sécheresse dans une bonne partie de l’Europe. En fait le timing était mal choisi. Encore plus, la fermeture du Nord Stream 2 semble aujourd’hui avoir été une erreur de stratégique grave. On sait que les positions. (LIRE AUSSI : Russie : une économie sous évaluée par Gauthier Rybinski sur France 24).

L’analyste économique Olivier Delamarche en dit plus

En fait, nous sommes face à « des décisions grotesques », conclut cet ancien membre de la Société Française des Analystes Financiers (SFAF). En réalité, ce que dit l’analyste économique Olivier Delamarche dans cette émission n’est pas nouveau dans nos oreilles depuis le début de l’opération militaire russe en Ukraine. Les Européens ont pensé que leur propagande contre l’image, les potentialités et la puissance militaire russe suffisait pour ramener les soldats russes dans les casernes et ouvrir les vannes des oléoducs et gazoducs. C’était malheureusement sans tenir compte de la détermination des autorités de la République Fédérale de Russie.




Dans son discours du 24 février 2022, l’ours russe Vladimir Poutine a été très clair. La Russie a pris toutes les dispositions pour faire face à toutes pressions extérieures et intérieures qui pourraient entraver son opération militaire spéciale dans le pays de Volodymyr Zelensky. Plus de 5 moins après, l’Europe est en difficulté, les réserves en gaz et en pétrole se sont bien amoindries, la Russie continue à résister aux sanctions multiformes et la bombe atomique de Bruno Lemaire contre son économie est toujours attendue. On le comprend très bien, Lors d’un conflit, l’extrême gesticulation est une tactique de dissimulation de ses faiblesses. Tout comme aussi des menaces évidées de leur sens logique font partie de la guerre de communication.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.