Cameroun : elle tue et découpe sa belle-sœur pour devenir riche

Au Cameroun, une femme tue et découpe sa belle-sœur après les conseils d’un inconnu. Après le drame dimanche dernier d’un buffet empoisonné qui aurait fait 20 morts à Mbalmayo, le Cameroun s’est réveillé ce 23 août sous l’horreur d’un fait macabre. Une dame attire sa belle-sœur dans un hôtel de la ville de Yaoundé pour mettre fin à ses jours. Selon la vidéo présentant l’aveu de la présumée meurtrière, nous sommes en présence d’un homicide volontaire avec préméditation ? Le lieu aurait été clairement choisi et l’après meurtre pensé. Elle devait déposer les restes du corps dans un cimetière afin de « s’ouvrir » les écluses des cieux. (LIRE AUSSI : Drame de Buea : les Colonels Nomo et Didier Badjeck s’interrogent).




Une fois dans la chambre, elle a assommé et ensuite égorgé Dame Marie France Mbeya de sang-froid. Toujours de sang-froid, elle est revenue le lendemain découper le corps à l’aide d’une machette. Elle tue et découpe en toute conscience, ne pensant qu’au gain qu’elle en tirerait. Mais c’est à la sortie de l’hôtel qu’elle sera interpellée par les vigils attirés par son gros sac plastique. Lors de l’interrogatoire, elle a mentionné sa relation par WhatsApp avec un homme qu’elle dit n’avoir jamais rencontré physiquement et qui serait le commanditaire du meurtre. Des années déjà que les faits sociaux sont colorés de crimes crapuleux et pimentés de sauce de pratiques mystérieuses au pays. (LIRE AUSSI : Scandale : la France vend des armes pour tuer les Yéménites).

Elle Tue et découpe pour payer sa dette

Il ne se passe plus un mois sans que l’on apprenne la découverte d’un corps sans vie et sans organes génitaux, sans reins ni poumons, décapité ou ayant subi des pratiques sataniques, des de personnes tuées et découpées. Avec la dureté de la vie et la précarité ancrée dans les vies africaines, tout porte à croire que le phénomène ne fait que s’aggraver. Si ce ne sont des bons-bons pasteurs qui poussent à la faute et au drame, ce sont des individus naïfs et rêveurs. Ceux à qui l’on a promis le paradis sans mourir. Aussi, ceux qui pensent avoir trouvé la voie du bonheur sur terre par la prise des vies autre que les leurs.

Qui blâmer dans ces nouveaux paradis d’affaires ? Car tenez-vous bien, pour certains c’est un moyen comme un autre de gagner sa vie. Il faut peut-être que les autorités camerounaises cessent de présenter à la jeunesse et à d’autres citoyens des modèles de réussite dont personne ne sait l’origine de la fortune. Malheureusement la tolérance administrative, qui touche même le contrôle des avoirs et des richesses dans la société, aboutit chaque jour au déraillement et à la dépravation du modèle d’une société morale. (LIRE AUSSI : Drame de Buea : programme des obsèques du gendarme Achille Mvogo

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.