INTERNATIONAL

Présentation des 6 nouveaux États membres des BRICS

Dans cet article, je vous présente en grossomodo les 6 nouveaux États membres des BRICS : dès janvier 2024, on passe au G11 du Sud global. Le nouvel ordre mondial est en cours depuis Johannesburg en Afrique du Sud où plus de 40 pays (candidats) du Sud global se retrouvent autour des 5 pays actuels des BRICS. L’agrandissement de ce bloc défendant des intérêts contraires à ceux des Occidentaux a été traité dans presque tous les discours des chefs d’Etat lors de leur prise de parole à la première journée du Sommet. Ces choix se basent sur leur apport en influence économique, commerciale, géopolitique et stratégique au groupe qui déjà devient le G11 du Sud global.




Aux dires du Chinois Xi Jinping, “Les nations BRICS ne marchandent pas leurs principes, ne succombent pas à la pression extérieure, et ne se comportent pas en vassales d’autres pays.“ De la bouche même du Président Ramaphosa de l’Afrique du Sud, 6 nouveaux pays vont intégrer les BRICS au 1er janvier 2024. Il s’agit de Argentine, Égypte, Éthiopie, Iran, Arabie Saoudite, Émirats arabe Unis. Le groupe pèsera alors 36% du PIB mondial (46 % du PPA mondial) et 46% de la population mondiale. De quoi faire peur à ceux qui gèrent l’ordre mondial actuel et qui font tout pour que.ce.monde qui leur est favorable demeure tel qu’il est. Pas de changement à l’ONU, pas d’autres monnaies que le dollars dans les échanges économiques à l’international, pas de nouvelles architectures financières, pas de banque des Brics concurrentes au FMI et à dautres institutions de Bretton Woods, pas d’étalon or à la place du papier Dollar dupliqué, et pas de monnaies électroniques qui échappent à leur contrôle, etc.

6 membres des Brics pour 6 pôles stratégiques

Seulement, beaucoup de questions ressortent de ces choix. Alors que beaucoup pensaient y voir un pays tel que l’Algérie dont les positions contre la France et les relations étroites avec le Kremlin sont connues de tous, on n’y a plutôt eu droit à l’Arabie Saoudite, aux Émirats arabe Unis. Deux Etats un peu trop proches des Américains. Et même si les Saoudites donnent depuis un moment l’impression de ne plus marcher au rythme des Yankees, pour beaucoup d’observateurs, cela sent la trahison à long terme. Seulement, puissant membre de l’OPEP, il est intéressant pour les Brics de le recruter contre le monde occidental et surtout de le retourner contre ses anciens alliés que sont les États-Unis afin d’extirper de la sous region asiatique le pouvoir de nuisance des Yankees et d’accélérer la dedollarisation du monde financier.




De même que les Émirats qui pour beaucoup d’observateurs sous-traitent leurs basses besognes aux Français et autres Marocains. Puissant par le pétrole et membre important de l’OPEP, les mettre dans la besace des pays membres des BRICS c’est stratégiquement aussi priver l’occident dun pôle de pression sur les pays non occidentaux, d’accélérer la dédollarisation dans les transactions internationales afin de créér rapidement un rapport de force profitable aux pays du Sud. Les Argentins semblent être avec le Canada et les États-Unis les 3 seuls pays huppés du continent Nord américain, beaucoup d’amalgame pourraient être faits avec leur rapprochement au monde occidental et à leur vision du monde. Il faut rappeler que l’Argentine est un pays colonisateur des Incas et Indiens et qui a réussi la prouesse d’inverser la couleur de sa population en la blanchissant par des politiques raciales bien élaborées.

Des alliés pour la dédollarisation

L’Iran dans cette liste des nouveaux membres des BRICS est l’un des pays qui donnent le plus confiance aux observateurs avec ses politiques tranchées contre tout le monde occidental mais surtout les États-Unis qualifiés de Grand Satan. En plus, son économie est florissante et sa population en expansion. Pour un pays tel que l’Éthiopie, y être semble très intéressant et une nécessité stratégique pour le bloc. En premier, c’est la capitale politique de l’Afrique. Elle est aussi intéressant pour ce bloc que l’est le Brésil ou l’Afrique du sud car qui a l’Éthiopie a l’Afrique géopolitique et économique tout entière. En plus, ce pays est le plus grand allié économique de la Chine dans la sous region Afrique de l’Est. Son économie est en plein essor, à 2 chiffres en 2023, et sa population à 101 millions en 2023 va dépasser 125 millions d’habitants en 2050.




Quant à l’Égypte, grand alliée de la Russie au Proche-Orient, avec plus de 110 millions d’habitants en 2023 et une projection de 150 millions en 2050, d’une position stratégique au Canal de Suez et à la méditerranée, elle est un atout sérieux dans la défense armée et l’économie. Elle est le trait d’union entre l’Asie, le moyen Orient et l’Afrique. Elle est la locomotive des pays de l’Afrique du Nord. L’on note que dans ce choix, seuls l’Argentine ne fait pas partie du cercle de pays arabe ou asiatique – Éthiopie voisine de l’Égypte avec une bonne population qui parle arabe – il y a lieu de noter la préférence stratégique des BRICS pour l’Asie et la possibilité d’une seconde vague d’admis d’ici quelques années pour des États tels que le Nigéria, l’Algérie beaucoup plus africains. (LIRE AUSSI : BRICS 2023 :  le sommet s’ouvre ce 22 août en Afrique du Sud).

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 1162 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.