INTERNATIONAL

Paris Négocie le retrait de ses troupes armées au Niger

Emmanuel Macron annonce la fin de abondance en France

Un jour après la prestation de serment au Gabon, Paris négocie pour ses troupes avec le pouvoir actuel du Niger, selon des médias français. Pourtant il y a quelques jours encore, la fermeté du Président français Emmanuel Macron avait fait croire que cette possibilité ne viendra jamais. Fermeté de Paris, mais aussi celle des nouvelles autorités en place à Niamey qui sont décidées de changer le rapport de force entre l’ancien colon et leur patrie.




Depuis plus d’un mois, depuis le coup de force qui a renversé le Président Mohamed Bazoum, tous les éléments d’intimidation ont été posés par l’Elysée dans le langage et les attitudes lors des échanges indirectes avec Niamey, voire entre la Cedeao et ce pays. Cette dernière allant même jusqu’à parler de faire la guerre militaire contre les nouveaux maîtres des lieux dans le but de « restaurer l’ordre constitutionnel violé », la « démocratie », en soutenant un président élu démocratiquement.

Et si Paris négocie pour ses troupes vers Libreville ?

Mais pour le peuple, parce qu’incapable de faire directement cette guerre par elle-même, la France passait par l’institution sous régionale pour y arriver. Un proxy qu’il contrôle dans le but d’atteindre ses desseins dans la Sous region Ouest africaine. Après la demande du départ de la base militaire française du Niger, la demande de voir partir L’ambassadeur de France à Niamey a été posée sur la table. À l’heure actuelle, cet ambassadeur est persona non grata au Niger. Le bras de fer ne peut perdurer alors que le peuple dans sa majorité est favorable au renversement de Mohamed Bazoum.




Seulement la France avait-elle d’autres choix une fois que la flamme guerrière transmise à la Cedeao est presque éteinte ? Non, dans la mesure où elle ne peut pas déclencher une résolution de l’ONU contre le Niger. Se lançant dans une analyse géopolitique de ce revirement, notre esprit voit une relation avec l’arrivée au pouvoir au Gabon du Général Cédric Oligui Nguema. Cela pourrait vous étonner, mais si pour sécuriser le peu d’intérêts qui lui reste la France aurait attendu le coup de force dans ce pays avant de lâcher dune certaine manière la laisse au Niger ?

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 1155 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.