INTERNATIONAL

CEDEAO : Burkina Faso, Mali et Niger se retirent de la Communauté

Burkina Faso, Mali et Niger quittent la CEDEAO. Cette communauté vient de perdre 3 de ses membres non moins importants. La rumeur courait depuis janvier 2024, voire décembre 2023 et c’est ce 28 janvier que l’annonce simultanée du retrait des 3 membres a été prononcée. Cela fait quelques mois que ces 3 pays du Sahel ne sont pas en odeur de sainteté avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest. Ceci depuis la prise de pouvoir par la force dans ces 3 pays.




On se souvient que la première réaction de plusieurs dirigeants de l’Afrique de l’Ouest après l’arrivée des militaires à la tête du Mali et du Niger était de voter une résolution consistant à attaquer militairement ces nouveaux maîtres afin de réinstaller les chefs d’Etat déchus. Ce qui a profondément perturbé les relations entre la CEDEAO et les 3 États qui d’ailleurs en réaction ont signé la « charte Liptako-gourma » qui est une alliance défensive pour les 3 pays. Des questions restent cependant sans réponse quant à savoir la nature actuelle des relations de libre circulation entre ces États qui se retirent et le reste de la CEDEAO.

Une communauté sans 3 membre

Burkinabè, Maliens et Nigériens doivent-ils à présent demander une carte de séjour ou un Visa pour se rendre dans les autres États de la Sous-région ? Et qu’en est-il de la monnaie, sera-ce la prochaine étape ? On est au courant que même si ces éÉtats n’ont pas encore denoncé les accords de l’UMOA, il y a comme un processus lancé en back odffice pour l’établissement d’une monnaie commune différente du CFA et de l’ECO, la nouvelle monnaie de l’Afrique de l’Ouest. Burkina Faso, Mali et Niger trouvent que la CEDEAO est manipulée de l’extérieur et ne garantit pas les intérêts des pays membres.




Selon les dirigeants des 3 États, la France n’arrête pas de manipuler les dirigeants des États Ouest-africains, ce qui bloque ou ralenti le processus de décolonisation voulue par leurs peuples. Après la fermeture des bases militaires françaises sur leurs territoires respectifs, symbolisée par le départ des troupes militaires français de leur territoire, de la sortie de la Francophonie symbolisée par la suppression de la langue française comme langue nationale, de la dénonciation des accords militaires avec l’ancien colonisateur, voire la réévaluation du prix de l’uranium et de l’or, nous en sommes à la sortie de la Communauté économique avec ces 3 alliés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.