Le Drian au Cameroun pour sauver Bolloré au PAD ?

Quel est le lien entre la venue de Le Drian, l’affaire Bolloré, le Port de Douala-Bonaberi, le navire militaire français « Somme » au Port Autonome de Kribi, arrivé quelques heures avant le ministre français au Cameroun ? Une note circule, mais est-elle authentique ? Le diplomate français a fait le déplacement moins de 10 jours après le 6ème sommet d Fonds mondial à Lyon. L’on y a vu le Président Macron distribuer à tout vent des embrassades au Président camerounais. Très curieux pour ce globe-trotter qui a visité tous les pays francophones du monde, sauf justement le pays du Président Paul Biya. Mais les affaires n’attendent pas et les pays n’ont pas d’amis mais des intérêts à défendre, dit-on souvent.

La Russie imprime ses marques. Cette fois de manière affirmée. Elle met pied ferme en Afrique. Le spectre de l’URSS de Khrouchtchev se dessine à l’horizon pour les Occidentaux. Les pions de l’échiquier mondial s’activent dans un monde multipolaire. Chine, Inde, Brésil, Russie, Turquie, Corée du Sud, etc. ont grignoté les parts français. Cela a déjà été vu avec Hollande en 2015. Contrairement à l’ancien président français venu de nuit comme un voleur et pour deux heures à Yaoundé, négocier pour Bolloré à propos du Port Autonome de Kribi, le ministre français de l’Europe et des affaires étrangères est venu avec faste « relancer » les affaires entre le Cameroun et son pays. La France n’a vraiment plus de poids en Afrique. Son chiffre d’affaires est aujourd’hui de moins de 5 %, contre 20 % il y a presque 19 ans. Au Cameroun c’est encore grave. En plus de 20 ans, un seul président Français en exercice a mis pied au Cameroun. Ce fut Hollande. La coopération entre France et Cameroun, « deux Etats frères et amis », est à son plus bas niveau.

Le Drian et la poudre aux yeux

Jean Yves Le Drian a parlé de la « relance de la coopération avec le Cameroun » aux médias du monde. Il a raison. L’on ne peut relancer que ce qui a faibli ou a cessé d’être dynamique. A bien réfléchir, tout le ramdam avec la revue de troupes est un cache sexe. Les raisons économiques sont la superbe de cette visite. Comme par enchantement, une note marquée « Confidentiel Très Urgent » défile sur les réseaux sociaux. Non authentifiée pour le moment. Son auteur serait le SGPRC Ferdinand Ngoh Ngoh. Sa date de signature, le 23 octobre 2019. Elle demanderait au DG du PAD de « bien vouloir suspendre les travaux de finalisation des termes du Contrat de Concession, ensemble ses Annexes, avec la société TERMINAL INVESTMENT LIMITED, Adjudicataire Provisoire de la Concession des activités de rénovation, de modernisation, d’exploitation et de maintenance du Terminal à Conteneur du Port Douala-Bonabéri, en attendant les conclusions définitives de l’Affaire APM TERMINALS BV et BOLLORE S.A CONTRE PORT AUTONOME DE DOUALA, pendante au Tribunal  Administratif du Littoral à Douala et portant sur la requête aux fins de sursis à l’exécution de la décision N° 0006219/DG/PAD du 08 janvier 2019 ».

La note de Facebook parle de suspension mais non d’arrêt, même pas de la remise de la concession à son ancien routier. La suspension peut, au vue de la loi, être justifiée. Par exemple, lorsque vous avez introduit une requête à Eneo pour lui dire votre désaccord sur une facture, aussi longtemps que cette requête est pendante, ladite société ne peut suspendre votre abonnement, voir la fourniture de l’électricité. Dans bien de cas, elle vous remet u accusé de réception à plaquer pas très loin de votre compteur, à l’attention de ses techniciens.

Incohérences

Ce qui clocherait dans cette note, si seulement elle est authentique, signée par le ministre Ferdinand Ngoh Ngoh, est le timing de sa sortie qui coince un peu trop avec l’arrivée de Le Drian en territoire camerounais. Ce qui coince encore est que la note n’existe pas officiellement sur la page de la Présidence de la République, ni de celle de son Secrétariat général, mais seulement sur Facebook. La question est donc de savoir si le Gouvernement camerounais est si irresponsable et loufoque pour sortir en catimini une note pareille d’une telle importance ? Et même si cela est de l’intérêt du Cameroun de céder à la demande française, ou devant ce que la France aurait mis sur la balance des affaires contre TIL, le nouveau concessionnaire provisoire, pourquoi n’avoir pas attendu le départ du Français pour ensuite mieux habiller la chose ? A première analyse, une sortie aussi fracassante sur Facebook ne saurait augurer une intention amicale. Quels sont ces serpents qui sifflent sur la tête du Cameroun ? Pour préparer l’opinion camerounaise, la France aurait-elle balancé cette note pour forcer la main du pouvoir de Yaoundé ou pour créer des émeutes dans le pays ? L’on pourrait comprendre pourquoi un navire militaire a accosté au port de Douala un jour avant l’arrivée du Français au Cameroun. Le Canon pointerait-il vers Etoudi ou alors ses occupants sont-ils parés pour la guérilla contre la révolte des patriotes Camerounais ? Trop de flous entre les lignes.

Please follow and like us:
error20

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 184 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Avatar

Une pensée sur “Le Drian est-il au Cameroun pour sauver Bolloré au Port de Douala ?

  • Avatar

    Really nice style and design and great written content, nothing at all else we want : D.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *