Facebook, Instagram, Whatsapp et Messenger reconfigurés après les révélations de Frances Haugen, une lanceuse d’alertes

Frances Haugen contre le Groupe Facebook

Les deux réseaux sociaux (Facebook, Instagram) et les deux messageries (WhatsApp et Messenger) du géant californien, sont tombés en panne lundi, 4 octobre 2021, vers 18 heures, affectant plus d’1/5è de la population du monde, selon l’AFP. « Ce site est inaccessible », « Impossible de trouver l’adresse du serveur », indiquait les applications web sur PC et sur smartphones à de nombreux utilisateurs à Douala, Yaoundé et dans beaucoup d’autres villes du monde. Ceci arrive au lendemain de la sortie de Frances Haugen sur CBS. Que voulait cacher ou réparer Facebook ?




C’est après près de sept heures de panne, que dans la nuit de lundi à mardi les journalistes de l’AFP ont constaté leur rétablissement. Et à la firme de s’excuser par « Nous présentons nos excuses à ceux qui ont été affectés ». La raison que Facebook a indiquée dans un communiqué, est que la panne mondiale de ses applications est survenue après « un changement de configuration défectueux » de ses serveurs. Sur le site Downdetector qui suit les pannes des services numériques, l’on a pu lire que cette nouvelle panne est « la plus importante qu’il ait jamais observée ». À Wall Street, le cours de Facebook, a rapidement effectué une chute qui est descendue à près de 6 %, avec des pertes de revenus publicitaires estimées à 470 000 euros par heure et une perte globale à plus de 7 milliards de Dollars en 7 heures. 

Communiqué du Groupe

« We’re aware that some people are having trouble accessing our apps and products. We’re working to get things back to normal as quickly as possible, and we apologize for any inconvenience.

— Facebook (@Facebook) October 4, 2021 », Andy Stone

 Traduction : « Nous sommes au courant que certaines personnes ont du mal à accéder à nos applications et produits. Nous travaillons à un retour à la normale le plus rapidement possible et nous présentons nos excuses pour ce désagrément », a tweeté Andy Stone, un porte-parole de Facebook.

Au lendemain de la sortie de Frances Haugen

Frances Haugen est une lanceuse d’alerte qui est partie de chez Facebook en mai dernier où elle exerçait en tant que ingénieure cheffe de produit. Elle est partie en emportant certains documents importants mettant en cause la firme californienne dont elle accuse de privilégier « le profit plutôt que la sûreté » de ses abonnés. Elle a pris la parole sur CBS juste quelques heures avant la panne. Ce qui est troublant est que c’est à ce moment-là que choisit le géant du Web pour changer la configuration de ses serveurs qui font un black-out curieux aux internautes.




Que disent ces documents de Frances Haugen ? Ce sont des documents issus de recherches internes à l’entreprise, qu’elle a confiés notamment au Wall Street Journal. Dans un article publié mi-septembre, le quotidien a révélé, sur la base de ces informations, que l’entreprise effectuait des recherches sur son réseau social Instagram depuis trois ans pour en déterminer les effets sur les adolescents.

Dangereux pour la santé mentale des femmes ?

Les études montrent qu’il y a un lien entre le mythe du corps féminin idéal véhiculé par de nombreux contenus sur les réseaux et les risques pour la santé mentale des adolescentes complexées. Frances Haugen est aussi revenue sur le scrutin présidentiel américain de novembre 2020, quand Facebook a modifié ses algorithmes pour réduire la diffusion de fausses informations.




Selon la lanceuse d’alertes, « dès que l’élection a été terminée », Facebook les a reconfigurés comme avant, « pour donner la priorité à la croissance plutôt qu’à la sûreté », a-t-elle soutenu dans son entretien à l’émission « 60 Minutes », sur CBS. Elle doit être interrogée ce mardi par les élus américains lors d’une audition consacrée à l’impact de Facebook et Instagram sur les jeunes utilisateurs.

« Facebook whistleblower Frances Haugen says political parties have been quoted in Facebook’s own research saying they know Facebook changed its algorithm and “now if [they] don’t publish angry, hateful, polarizing… content” there’s less engagement. https://t.co/XKKBhxZZ36 pic.twitter.com/tvSmVIJfWT — 60 Minutes (@60Minutes) October 4, 2021 »

Avec AFP

VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE ?
VOUS POUVEZ FAIRE UN DON (volontaire) Via PayPal : https://paypal.me/saimondy

NB : Chaque don, aussi minime soit-il, nous permet de rester indépendants et professionnels.

Please follow and like us:

Simon Ngaka

Directeur de la Publication de Saimondy, Journaliste à l'hebdomadaire "ça presse", Analyste géopolitique, Écrivain, Ingénieur de son, Auteur - Compositeur et Producteur de musique. Simon Ngaka est aussi webmaster. En 2009, il met sur pied le groupe des sites de communication Saimondy (.com, .net, .org. et acheteraucameroun.com). Téléphone : +237 - 699340064 / Email: saimondy@gmail.com

Simon Ngaka has 333 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *