INTERNATIONAL

Missiles hypersoniques russes en Ukraine : pourquoi ce 19 mars 2022 ?

Missiles hypersoniques russes Kinjal

Symboles de la suprématie militaire russe et de sa fierté nationale, les missiles hypersoniques de la Russie sont entrés en jeu dans l’opération militaire en Ukraine le 19 mars 2022. Leur premier test réussi à été en 2018. Le pays de Volodymyr Zelensky devient par conséquent un champ d’expérimentation à échelle réelle pour cette technologique de missiles hypersoniques russes.




Hypersoniques parce qu’elle ont une vitesse au dessus de celle du son. C’est à dire des armes caractérisées par leur capacité à se déplacer et à maintenir des vitesses supérieures à Mach 5, c’est à dire cinq fois la vitesse du son, autour de 6100 km à l’heure. Le porte-parole des forces aériennes ukrainiennes, Iouri Ignat, a confirmé que « l’ennemi a effectué des frappes contre nos dépôts (…) Il y a eu des dommages, des destructions, des détonations de munitions […] malheureusement, l’Ukraine est devenue un terrain d’essai pour tout l’arsenal russe de missiles. »

Missiles hypersoniques et avantages psychologiques

À l’Ukraine  de bien comprendre où on va car certains modèles de ces missiles peuvent transporter des ogives conventionnelles ou des ogives nucléaires. Comme un message aux Occidentaux, la Russie impose le respect de sa supériorité technologique militaire, en avance sur les États-Unis. Elle y est avec la Chine. Nous nous retrouvons ainsi dans une bataille, certes physiquement sur le sol Ukrainien, mais internationalement dans le reclassement des forces militaires dans le monde. La volonté des Occidentaux de minimiser cet événement majeur et mondialement partagé témoigne de leur frustration à vivre cet exploit russe qui a fait de grands débats dans le monde. Une grande première dans un champ de conflit au 21ème siècle.




La frappe a eu lieu dans le Nord de la ville de Mykolaïv. Une caserne où était abrités un peu plus de 200 soldats Ukrainiens. Tout à été dévasté. Un seul survivant pour le moment. Selon le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konachenkov, « le 18 mars, le complexe aéronautique Kinjal avec ses missiles balistiques hypersoniques a détruit un important entrepôt souterrain de missiles et de munitions de l’aviation de l’armée ukrainienne dans la localité de Deliatine, dans la région d’Ivano-Frankivsk ». Nous sommes dans l’Ouest de l’Ukraine. Ces missiles ont atteint, lors des essais, toutes leurs cibles à une distance pouvant atteindre 1.000 à 2.000 km. Ils équipent les avions de guerre MiG-31.

Avertissements à l’UE, OTAN et aux USA

Leur emploi en Ukraine est une première mondiale pour un armement hypersonique, selon des experts. On comprend rapidement pourquoi il serait se faire haras Kiri pour tout pays occidental de s’attaquer directement à la Russie. Le message est politico-stratégique pour l’OTAN à qui la Russie dit clairement pour frapper sans être vu venir. D’où leur prudence et leur hypocrisie dans leur soit dit soutien à l’Ukraine. Voici où est tout l’intérêt des sorties des missiles hypersoniques russes. Une dissuasion contre les Européens et posséder un avantage psychologique contre tous les États Occidentaux qui font trop de bruit autour de l’opération militaire spéciale de la Russie en fournissant des armes et en vendant des équipements militaires à l’Ukraine. (LIRE AUSSI : Mig 29 polonais : les Etats-Unis seraient-ils pour une guerre en Europe ?).




On peut être sûr d’une chose qui est que depuis l’apparition des missiles hypersoniques russes en Ukraine, les états-majors de toutes les parties du conflits et ceux qui pour le moment sont encore neutres, ont dû réviser leur considération de la puissance de frappe russe dans un conflit armé. Beaucoup de pays ont vite compris qu’ils doivent rester prudents quant à leur aide à l’Ukraine à visage découvert car la suite des opérations militaires de la Russie peut se retourner vers les co-belligérants et faire mal. (LIRE AUSSI : Ukraine : les enjeux cachés des corridors humanitaires pour L’OTAN-UE).


En savoir plus sur Saimondy Actualités

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Simon Ngaka

CEO et rédacteur en chef de Saimondy, journaliste et analyste géopolitique, écrivain et éditeur, artiste-musicien et interprète, Producteur de musique. En 2009, il créé le label Saimondy.

Simon Ngaka has 936 posts and counting. See all posts by Simon Ngaka

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.