Voici pourquoi Dmitri Medvedev ironise sur la visite de Macron en Ukraine

Dmitri Medvedev rappelle la réalité des objectifs de l’opération militaire spéciale russe en Ukraine aux Européens. L’ancien Premier ministre russe  et actuel vice-président du Conseil de sécurité de Russie a ironisé sur la visite d’Emmanuel Macron, Olaf Scholz et Mario Draghi à Kiev jeudi 16 juin.. Mais d’un humour qui semblait plutôt rappeler la ferme volonté des autorités russes à mener à terme la démilitarisation, la dénazification du pays de Volodymyr Zelensky. (LIRE AUSSI : Ukraine : Volodymyr Zelensky est allé en guerre sans avoir préparé la paix).




Les amateurs européens de grenouilles, de saucisses de foie et de spaghettis adorent visiter Kiev. Utilité zéro” (…) Ils promettent l’adhésion à l’UE et de vieux obusiers à l’Ukraine, puis ils s’enivrent d’alcool local et rentrent chez eux en train, comme il y a cent ans. Tout va bien. Mais cela ne rapprochera pas l’Ukraine de la paix. L’horloge tourne”. (LIRE AUSSI : Révélations du Washington Post sur le soutien à l’Ukraine de l’UE et OTAN).

Dmitri Medvedev avec humour

Au delà de l’humour notable, la fin de sa publication tient tout de même à faire clairement comprendre aux Européens aimant « les images fortes », que tout cet affichage ne pourra sauver l’Ukraine. « Mais cela ne rapprochera pas l’Ukraine de la paix. L’horloge tourne”. Chaque jour, kilomètres après kilomètres, la Russie devient maître des territoires du voisin. (LIRE AUSSI : Macky Sall chez Vladimir Poutine : l’Afrique vole au secours du monde).




Et comme déjà dit dans l’un de nos articles, il sera très difficile aux Ukrainiens, du moins d’ici 2 à 3 ans, de les reprendre. Même avec toute l’aide de ses alliés. D’ailleurs le message à peine voilé du Président francais, Emmanuel Macron, lorsqu’il dit de « ne pas humilier la Russie  » dit toute la prise de conscience du rapport de force sur le terrain des opérations qui est nettement en faveur de la Fédération de Russie.

Le malin Macron

En fait, Emmanuel Macron demande clairement une porte de sortie pour la France qui est alléen bien loin déjà. Il demande aux médias et dirigeants d’entreprise de propagande sans nom, de laisser une possibilité de rétablissement des relations commerciales avec le géant qu’est ce pays. Nous comprenons que les alliés d’Ukraine ont compris qu’ils ne peuvent pas gagner la Russie. Ni faire non plus sans elle.




Comment ne pas revenir moins bas que son orgueil de février et mars où il a été question pour son Ministre de l’économie Bruno Le Maire de faire tomber l’économie russe par des mesures, restrictions et embargo multiples. A plus de 110 jours de la guerre, la Russie est debout avec une monnaie devenue la plus forte au monde, une inflation maîtrisée et des caisses encore plus plaines qu’avant.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.